Billets de Sbareyt

Tarifs 2016 : on marche sur la tête à la mairie !

 

Bareyt serge retaillee 4 2 En 2015, l'inflation (hausse des prix) a été de 0 %... 

 Contre toute logique, le maire augmente les tarifs communaux de 2 % ! 

 Explication du maire : "Cette hausse pratiquée chaque année évite de lourds rattrapages quand elle n'est pas faite régulièrement, comme cela a pu être le cas par le passé". (sic). 

Les nouveaux tarifs communaux 2016 ont été examinés lors du dernier Conseil Municipal de l'année le 16 décembre 2015 : prix des emplacements sur le marché, prix des Inflation 2015concessions au cimetière ou au columbarium, prix des locations de salles communales, etc…

Le maire et sa majorité ont proposé et voté une augmentation des tarifs de 2% par rapport à 2015.  Pourquoi ? Personne ne sait ! Même pas eux !

Les quatre élus de l’opposition ont bien-sûr voté « contre ». Oh, pas par plaisir, mais parce que, selon nous, rien ne justifiait cette augmentation de 2%. 

Nous avons tenté vainement d’expliquer pourquoi cette augmentation ne se justifiait pas, en faisant état d’un taux d’inflation (hausse des prix) nul en 2015.  (cf. source INSEE : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=29)


Mieux, nous avons signalé que les prix à la consommation avaient baissé de 0,2% en novembre 2015 et avons même fait remarquer que l’augmentation du SMIC serait limitée à 0,6% en 2016… et sans coup de pouce !  (cf. source journal officiel : http://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2015/12/17/ETSX1531022D/jo )

Vous croyez que nous avons été écoutés ? NON ! Mais, c’est habituel… Même si nos arguments sont pertinents et irréfutables, nous ne sommes que très rarement écoutés !

 

Marcher sur la teteSud-Ouest, le service de communication personnel du maire, s’est fait l’écho de cette révision des tarifs communaux. Le journal a même précisé qu'il y avait eu 4 votes "contre",mais sans dire lesquels. Inféodé au maire, il a même « omis » de donner les raisons qui ont motivé notre vote. En revanche, le journal n’a pas oublié de relever la réponse du maire : « cette hausse pratiquée chaque année évite de lourds rattrapages quand elle n’est pas faite régulièrement comme cela a pu être le cas par le passé » (sic).   (cf. source Sud-Ouest : http://www.sudouest.fr/2015/12/18/tarifs-et-corrections-budgetaires-au-menu-2220931-3337.php).

Réponse hallucinante ! Consternante même ! 

On marche sur la tête à la mairie !

Alors que l’inflation a été nulle en 2015, Castets augmente ses tarifs de 2% pour 2016 « pour éviter de lourds rattrapages » (sic) !

Mais des rattrapages de quoi, puisque l’inflation a été nulle ?  La logique aurait voulu que les tarifs 2016 restent identiques à ceux de 2015, non ?

La vérité, c’est qu’encore une fois, il est clair que la commune est gérée « à la petite semaine » par un maire et une équipe de « suiveurs » qui ne prennent même pas le soin de réfléchir ni même d’écouter les objections pertinentes de l’opposition…

Alors voilà : on a pris l’habitude d’augmenter les tarifs tous les ans de 2% quand l'inflation était à 2%, alors, on continue à les augmenter de 2% en 2016, sans même regarder ce qu’a été la hausse des prix (ou l’inflation) de 2015 : 0% !

Ce serait risible s’il ne s’agissait pas de l’argent des contribuables castésiens…
En l’occurrence, c’est tout bonnement consternant !

 

Serge Bareyt, Conseiller municipal


Lire la suite

La Curée... C'est indigne !

 

Bareyt serge retaillee 4 2 César les aurait traînés derrière son char dans son triomphe romain,

 Dieu les aurait sans doute pardonnés...

 Mais notre maire, lui, a préféré les livrer aux chiens sur Facebook !

Riverain de l'église, un couple de castésiens était gêné par le bruit des cloches dans ses activités professionnelles de chambres d'hôtes et d'ingénieur du son. Il écrit au maire, La curee 14mais sans réponse positive de sa part, il décide de saisir la justice simplement pour faire réduire le niveau sonore trop important des cloches, mesuré à 74 décibels alors qu'il n'aurait jamais dû dépasser les 40 décibels... Mais, mal entendu par la justice (ou mal défendu...), celle-ci ne l'a pas écouté, en ne comprenant de sa démarche que sa volonté de faire arrêter les sonneries de cloches... Il n'y a pire sourd que celui qui ne veut entendre !

La justice ayant tranché, les choses auraient pu en rester là... C'était gagné pour la Commune et puis c'est tout... Eh, bien non ! Notre maire ne l'a pas entendu de cette oreille. En pleine campagne électorale pour les régionales, candidat sur la liste de droite "LR-UDI-Modem", il a voulu exploiter cet évènement pour glaner quelques voix supplémentaires à son profit en surfant sur la vague de la défense des traditions, quitte à mettre nos deux castésiens déjà meurtris, au pilori ou à jeter sur eux l'opprobre !

Compassion, commisération, pitié, grâce, clémence sont des mots qui semblent ne pas faire partie de son vocabulaire... Sans parler de ces sentiments que l'on reconnaît volontiers comme chrétiens : la bonté, l'indulgence, le pardon ou la miséricorde.

César les aurait traînés derrière son char,  Dieu les aurait sans doute pardonnés...  

Mais notre maire, lui, a préféré les livrer aux chiens sur Facebook !

Voir le site de Philippe MOUHEL, Maire de Castets : https://www.facebook.com/441395529299364/videos/757188371053410/

 

La victoire aurait pu lui suffire... Premier magistrat de la commune, nous l'aurions espéré modeste, indulgent, généreux et magnanime dans la victoire...

Que nenni !    

Il s'est abaissé à la petite vengeance... Celle des bas étages !  "Petitement", à grands coups d'emissions de radio, de pages entières dans le journal Sud-ouest, notre maire-candidat aux élections régionales, s'est répandu fielleusement dans la presse sur les conditions de "SA" victoire en justice contre ses concitoyens qui ne voulaient simplement que faire baisser le niveau sonore des cloches du village...  

Et comme cela ne lui suffisait pas, il a organisé une grande réception à la mairie, relayée par son service de presse inféodé, pour fêter ostensiblement "SA" victoire, à grands renforts de coupes de Champagne et de petits toasts, aux frais des contribuables castésiens... (voir l'article sur 2 pages dans le "Sud-Ouest" du vendredi 11 décembre, pages 14 et 15 : http://www.sudouest.fr/2015/12/11/la-justice-sonne-le-glas-on-ne-visait-que-le-niveau-sonore-2213968-3337.php)    

 

Je sais que ce billet ne sera pas forcément bien compris... Ce n'est pas grave !  J'assume, je persite et je signe !  Il ne sera pas dit que je n'aurais rien fait quand deux de mes amis se sont fait publiquement humilier.

On peut être en désaccord, on peut (on doit même...) défendre les intérêts de la Commune et des castésiens, quand ils sont attaqués, se défendre, gagner, triompher... Mais, quand on est maire d'un village, quelles qu'en soient les raisons, on n'a pas le droit d'humilier publiquement deux de ses concitoyens, en jetant sur eux l'opprobre et en les livrant aux commentaires des chiens sur Facebook... toujours bienveillants quand arrive l'heure de la curée. 

Serge BAREYT, Conseiller municipal


Lire la suite