Environnement

Demission andre

Pourquoi ai-je démissionné de la Commission des citoyens ?

Avant de vous donner les raisons de ma démission, je voudrais vous donner quelques explications sur la création de cette commission...

C’est le maire qui, quelques temps après son élection, a lancé une consultation auprès des Castésiens en vue de créer une « Commission des citoyens », composée de 8 personnes choisies parmi les candidatures présentées. A mon grand étonnement, ma candidature fut alors retenue ; sûrement un signe d’ouverture de la part du maire, puisque tout le monde sait que j’étais candidat sur la liste de Serge BAREYT aux dernières élections municipales.

Dès le début, les membres de cette commission ont été très motivés par l’idée de représenter les castésiens et de pouvoir soumettre aux élus les sujets de leurs réflexions. Leur travail s’est orienté autour de 3 thèmes prioritaires :

1- « la sécurité routière et les abris bus » ;
2- « la mise en place de bancs et de tables dans les différents quartiers » de CASTETS pour favoriser l’échange et la convivialité entre les citoyens ;
3- Enfin, « nuisances sonores et visuelles causées par l’autoroute ». Je ne vous le cache pas, que c'est ce 3ème sujet qui me tenait le plus à cœur, comme sûrement, à beaucoup de Castésiens...

Ces trois sujets ont été présentés successivement aux élus.

Pour la petite histoire, le 1er sujet (sécurité routière et abris bus) ne s’est pas trop mal passé. Des choses ont été réalisées… pas tout bien-sûr, notamment à Castillon où il n’a toujours ni abris bus, ni éclairage. Bref, malgré tout, un départ encourageant pour la Commission des citoyens...

Pour le 2ème sujet (mise en place de bancs et tables dans les quartiers), s’il a bien été pris en considération dans un premier temps par le maire, il a malheureusement été, dans un second temps, purement et simplement abandonné. Les raisons avancées ? « Pas de budget » (normal, la baleine en avait bouffé une bonne partie), « Coût d’entretien trop important » et surtout, l’argument qui tue : « Un risque de nuisances »… surtout à proximité du domicile de certains élus concernés par le projet !

Quant au 3ème sujet (nuisance sonores et visuelles de l’autoroute), on y arrive… Là, « c’est l’autoroute qui fait déborder le vase » !.

Ce sujet, plutôt sensible pour un bon nombre de Castésiens, a été présenté au maire à partir d’un dossier particulièrement sérieux, contenant à l’appui des réclamations formulées par la Commission des citoyens : des vidéos et des photos des merlons (buttes de terre), mettant en évidence les points faibles et les insuffisances du dispositif actuellement en place pour pallier les nuisances sonores et visuelles de l’autoroute, notamment près des bassins de rétention. L’ensemble avec, pour mémoire, le rappel des engagements de la société ATLANDES (société gestionnaire de l’autoroute)… Car, pour cette dernière, tout est conforme ! Des nuisances ? Il n’y en a point… en tout cas, pas plus qu’avant (110 km/h) l’arrivée de l’autoroute (130 km/h)! Tout cela n’est pas sérieux !

Alors, à l’appui de ses travaux et de ses constatations, la Commission des citoyens a recommandé à Mr MOUHEL, de faire faire une « contre-étude » des mesures sonores par un cabinet différent d’ATLANDES, de façon à obtenir un avis « neutre et indépendant » à partir duquel, en fonction des résultats obtenus, la Commune forcerait (ou non) la société ATLANDES à respecter ses engagements. Malheureusement, aucune demande de devis n’a été faite par la Commune, à un quelconque cabinet d’audit indépendant… Premier abandon des citoyens !

Pourtant, le maire propose à la Commission des citoyens, l’organisation d’une réunion avec le directeur d’ EGIS (entreprise sous-traitante d’ATLANDES, pour l’exploitation, l’entretien et la maintenance de l’autoroute)… Bon, Soit ! On va peut-être pouvoir s’expliquer, poser des questions, proposer des solutions… La commission des citoyens prépare donc cette réunion avec tout le sérieux qui la caractérise et, dans ma grande naïveté, je pensais vraiment que le maire et ses adjoints y défendraient notre dossier…

Rien que le plan de table aurait dû me faire comprendre que les dés étaient pipés d’avance… En effet, d’un côté de la table : le maire et ses adjoints entourent le directeur d’EGIS, et, de l’autre côté, les membres de la commission des citoyens leur faisant face en bout de table. Puis, nous présentons notre dossier… Pour EGIS, les défauts relevés dans notre dossier dans le dispositif « anti-bruit » de l’autoroute, ne comportent aucune malfaçon : tout est conforme ! … Tiens donc ! Etonnant, non ?

Nous apprenons alors que deux mesures de bruit ont été faites… Et par qui, s’il vous plaît ? Un cabinet indépendant ? Que nenni ! … Par ATLANDES ou par EGIS ! … Et où, ont été faites ces mesures ? Près des maisons des Castésiens ? Eh bien, non ! L’une, sur la route de MAGESQ à la sortie de CASTETS, et l’autre, à hauteur de la poissonnerie DELMAS, avant d’arriver à Castets... Mais de qui se moque-t-on ?

Durant la réunion, nous insistons tout de même et proposons de réduire la vitesse à 110 km/h sur la traversée du village… REFUS !  La hauteur des murs anti-bruit, est soi-disant « normale » ; la hauteur des merlons (les buttes de terre) est tout aussi « normale ». Circulez, y’a rien à voir ! En revanche, EGIS est prêt à conseiller la ville pour améliorer ces dispositifs… Curieux non ?

Bref, vous l’avez compris, rien ne sera fait !

Seule compensation, la société EGIS s’est engagée à réaliser deux mesures de bruit à hauteur des bassins de rétention… Personnellement, je doute fort que ces deux mesures soient réalisées « en toute indépendance » et « dans des conditions critiques ».  Mais, j’attends de voir !

A l’issue de cette réunion, j’ai fait part de ma grande déception aux membres de la Commission des citoyens sur ce dernier sujet sensible, et les ai informés de ma décision de démissionner compte tenu du fait que, lors de cette réunion, j’ai constaté que la municipalité n’avait à aucun moment défendu les CASTESIENS.

Nous aurions en effet, tant aimé voir notre maire et ses adjoints, à nos côtés, aux côtés des membres de la Commission des citoyens, en face d’EGIS et/ou d’ATLANDES, pour défendre les intérêts des Castésiens. Il n’en a rien été. Deuxième abandon des citoyens !

Après deux ans passés dans cette commission des citoyens, force est pour moi de constater qu’elle ne sert à pas grand-chose, si ce n’est, qu’à servir d’alibi démocratique à la municipalité. Peu après, j’ai informé le maire de mon souhait de démissionner et lui ai tenu le même discours pour lui en expliquer les raisons.

Je dois préciser ici que la qualité du travail et le sérieux des membres de la commission des citoyens ne sont absolument pas à mettre en doute et n’entrent donc pour rien dans ma décision de démissionner.

Voilà, j’en ai terminé et je souhaite « bonne chance » aux membres de la Commission des citoyens, et surtout « bon courage » !

Sanchez andre 1

 

 André SANCHEZ

 Ancien membre de la Commission des Citoyens

 


Lire la suite

"10 000 € pour voir" ou le syndrome de la baleine bleue

 

Bareyt serge retaillee 4 2 Lors du Conseil municipal du 16/10/2015, le maire et sa majorité municipale ont décidé de verser une subvention de 10.000 € (sous forme d’apport associatif) à une association originaire de la Somme « Un cadeau pour la terre » dans le cadre de son projet « Baleine Bleue », en échange de la réalisation d’un « Mémorial du biome » sur la commune de Castets dans les deux ans à venir...
Les quatre élus de l’opposition ont voté « contre ». Nous allons vous expliquer pourquoi…


LE PROJET GLOBAL


Présentons tout d’abord le projet global composé de trois parties : « la baleine bleue », « le biome » et le « mémorial du biome ».
 

1- La « baleine bleue »Baleine eiffel
C’est la partie strictement « com’… » (communication) du projet global. Il s’agirait de construire une « baleine bleue » grandeur nature, qui serait un espace d’exposition original pour sensibiliser la population aux enjeux environnementaux. Cette baleine bleue, « aussi grosse qu’un Airbus » (sic), serait bien sûr accessible au public et pourrait être exposée dans quelques villes : tout d’abord à Paris pour la COP 21, « peut-être à Castets » (re-sic), avant de rejoindre son port d’attache définitif : « le Biome » de POUYDESSEAUX.

2- Le « biome »
Le « biome » serait le corps central du projet. Il s’agirait de construire une station zoologique d’élevage et de reproduction, spécifiquement dédiée à la conservation des espèces tropicales en voie de disparition (oiseaux, perruches, perroquets, flamands roses, rapaces, vautours africains, hippopotames pygmées, tapirs malais, gibbons,…). Une station zoologique qui comporterait une zone accessible au public, d’un concept très particulier puisqu’elle permettrait l’approche de très près des animaux (moins de 10m), sans les déranger, « dans une ambiance équatoriale avec des trompe-l’œil pour boucher les perspectives » (sic). Ce site serait implanté à POUYDESSEAUX, une commune située entre Roquefort et Mont de Marsan, à 83 km de Castets.

3- Le « mémorial du biome »
Dernier volet qui concernerait Castets : le « mémorial du Biome » ou « mémorial de la bio-diversité », érigé en mémoire des combattants de l’environnement, célèbres ou non, qui ont perdu la vie en voulant sauver la diversité biologique (Diane Fossey, Bruno Manser et tous les anonymes). Cette structure hébergerait aussi des expositions, un festival annuel de film nature 3D, des conférences d’experts internationaux,…

 

NOTRE POSITION
Alors oui, nous avons voté « contre » l’allocation de cette subvention de 10.000 € à cette association nordiste. Non pas, parce que nous étions « contre » ce projet écologique ambitieux, mais simplement parce que nous estimons que lorsque l’on est soucieux des deniers publics, on n’engage pas 10.000 € sans réfléchir…

10.000 €, c’est peut-être peu pour notre maire, mais cette somme représente 5 fois le budget alloué par le CCAS aux familles en difficulté de Castets (voir article Manquait-on de projets environnementaux, humanitaires ou sociaux ? ) ... A chacun ses priorités !  

Mais 10.000 €… on peut réfléchir quand même !
Eh bien, non ! Comme au poker, c’est 10.000 € juste « pour voir »… SANS AUCUNE ETUDE PREALABLE.


« Contre » une convention « fantaisiste »

Un cadeau pour la terreEn effet, la majorité municipale a décidé de faire un chèque de 10.000 € à l'association "Un cadeau pour la terre"  sur la base d’une convention d’apport associatif « fantaisiste » dans laquelle on peut lire noir sur blanc : 

  • « l’association s’engage à réaliser sur la territoire de la commune un mémorial du Biome dans des conditions ultérieurement définies par une autre convention entre les parties, et composé au moins d’un amphithéâtre et d’une exposition permanente, afin d’informer les citoyens sur les risques environnementaux de notre époque et sur la disparition des espèces ; »

Ou encore :

  • « La commune bénéficie d’un droit de reprise sur l’intégralité de l’apport en cas de non-respect par l’association de ses engagements mentionnés à l’article 4 au terme d’un délai de 2 ans ; ce délai peut être prolongé, sans toutefois excéder 3 ans, si l’association a été dans l’incapacité de répondre à ses obligations par un cas de force majeure ou par tout autre motif dont la légitimité est laissée à l’appréciation de la commune ».

Ainsi donc, l’association s’engage effectivement à réaliser « un mémorial du Biome », mais on ne définira que plus tard, dans une autre convention (encore à écrire), ce que sera exactement ce site.

En fait, c’est : « tu paies d’abord et tu ne connaîtras le projet exact que plus tard »…

Et, si  l’engagement (non défini) n’est pas respecté dans un délai de 2 ou 3 ans, « tu auras le droit de courir après ton argent… »

Tout cela serait drôle si l’on ne parlait pas de l’argent des castésiens…
 

« Contre » une méthodologie hasardeuse

Nous parlons de sauvegarde d’espèces en voie de disparition… Donc d’écologie ou d’environnement.

En aurait-on débattu en Conseil Municipal ou dans la commission municipale « environnement » ?   … NON !

Nous parlons de construire « un mémorial composé au moins d’un amphithéatre et d’une exposition permanente » dans les deux ans (cf. la convention).

Le biomeDeux ans (même trois), c’est très court pour un projet de cette envergure… Il faut donc pour cela choisir un lieu d’implantation, connaître l’engagement foncier pour la commune (combien d’hectares ?), et appréhender si  cet investissement patrimonial sera ou non rentable, ou préférable, pour la commune, à d’autres projets, plus castésiens, comme la construction de lotissements d’habitations ou la création de zones d’activités qui intéressent très directement les castésiens.

Aurait-on débattu du lieu d’implantation de ce site « Mémorial » en Conseil municipal ou dans les commissions municipales « urbanisme » ou « travaux » ou « finances »  alors que le Commune travaille simultanément sur le plan guide et sur son PLU (plan local d’urbanisme) qui doit être terminé en 2017 ?  …. NON !

La convention ne fixe rien de concret sur la nature exacte de ce mémorial, de son « amphithéâtre » ou de son « exposition permanente ». Corollairement,  nous n’avons  aucune donnée chiffrée sur la fréquentation possible du site et encore moins sur les dépenses d’investissements et de fonctionnement qui resteraient à la charge de la commune s’il devait être construit.

Aurait-on débattu de l’opportunité de réaliser une étude d’impact sur l’implantation de ce « mémorial du Biome » à Castets : infrastructures nécessaires, bâtiments, réseaux VRD, routes d’accès, parkings, etc… ?  … NON !

Aurait-on débattu des budgets prévisionnels correspondants  ?  … NON !

« Le Biome » (véritable structure centrale du projet) sera implanté à POUYDESSEAUX, commune située entre ROQUEFORT et MONT DE MARSAN, soit à plus de 83 km de Castets (au moins 1h en voiture).  

Aurait-on étudié l’intérêt d’une implantation de ce « mémorial » à CASTETS, alors qu’il était initialement prévu de l’installer logiquement à l’entrée du Biome à POUYDESSEAUX, puis à MAGESCQ, puis à SOUSTONS (cf. doc. du Biome) … NON ! 

Aurait-on étudié les moyens de communication entre les 2 sites et/ou l’intérêt pour les touristes de visiter le « mémorial » quand le site principal « la station zoologique » est située à 83 km ? … NON !

Jusque récemment, les communes de MAGESCQ et de SOUSTONS étaient partenaires de ce projet. Le « mémorial » désormais dévolu à CASTETS devait y être implanté… 

Aurait-on étudié pourquoi MAGESCQ et SOUSTONS se sont retirées de ce projet ?  … NON !

Aurait-on enquêté sur les motivations des écologistes qui ont combattu l’implantation du site à SOUSTONS ?  … NON !

 

Des interrogations sur le porteur de projet

Biome en chiffresDes interrogations sur le porteur de projet car plusieurs changements ont été présentés en Conseil municipal : une fois, il s’agit d’une association dénommée « Un cadeau pour la terre », une autre fois, il s’agit d’une SAS dénommée « LE BIOME », puis de nouveau l’association « Un cadeau pour la terre » dans la dernière délibération proposée au vote.

L’association « Un cadeau pour la terre » est basée à Rosière-en-Santerre dans la Somme… La SAS « Le Biome » est basée à Pouydesseaux dans les Landes… Justement sur le lieu même d’implantation du Biome.

Cette SAS est une structure récente, avec des comptes comptables (consultables sur internet) très inquiétants puisque d’un niveau de bilan ridicule (34 K€ de capitaleu égard à l’ambition du projet (15 Millions d'Euros - cf.ci-contre extrait du site du Biome) et avec des comptes de résultats très largement négatifs sur les deux derniers exercices…  (cf. sur internet : http://www.societe.com/societe/le-biome-531954691.html)

Bon, en période de lancement  du projet, on peut comprendre que son porteur ne roule pas sur l’or, mais quand même… Les capitaux investis semblent bien faibles par rapport à un projet qui coûtera sans doute beaucoup plus que les 15 millions d’euros annoncés. 

Aurait-on enquêté sur la solidité financière des porteurs de projet ?  … NON !

Combien de centaines de milliers d’euros ont été investis jusqu’ici et par qui ? Combien, le conseil régional et le conseil départemental ont réellement versé dans ce projet alors qu’ils sont annoncés comme mécènes par le porteur de projet ?

Aurait-on enquêté sur le « tour de table » des investisseurs dans le projet ? …NON !

Curieusement, aucun « tour de table » financier global n’a été présenté aux élus castésiens, ni sur l’ensemble du projet (le biome) ou ni même sur sa partie castésienne (le mémorial).

Bon, et puis, notre région ne manque ni d’atouts environnementaux ni, malheureusement, d’espèces locales menacées. Si la majorité municipale voulait lancer Castets dans un projet écologique (ce qui est louable bien sûr !), pourquoi ne pas avoir sollicité des associations écologiques locales, comme la SEPANSO, active dans le département depuis plus de 40 ans. Ces associations locales n’auraient-elles pas pu être consultées pour l’implantation d’une structure plus modeste qui aurait concerné la protection de la faune régionale en danger, comme l’abeille noire des landes, la rainette verte, la fauvette pitchou, etc.

 

CONCLUSION
Encore une fois, nous n’avons rien contre ce projet ambitieux sur le plan écologique ou environnemental. MAIS, le manque d’informations et l’absence d’études préalablesBaleine bleue que nous constatons dès son lancement, nous paraissent extrêmement inquiétants pour ne pas dire dangereux pour la commune.

Le maire et sa majorité municipale n’ont pas le droit d’entraîner les castésiens dans une aventure dont ils pourraient avoir à supporter les conséquences par leurs impôts. Comment peuvent-ils imaginer qu’il suffirait de mettre 10.000 € sur la table, pour qu’un projet de cette ampleur soit déployé sans que cela ne coûte rien d’autre aux castésiens ? 

Il nous semble donc qu’avant de lancer la commune dans une telle aventure, fut-elle « écologique », nous devrions faire preuve de prudence, en prenant tous les renseignements nécessaires sur les intervenants et porteurs de projet, leur solidité financière et leurs partenaires financiers. Il nous faut aussi rencontrer et discuter de ce projet avec les associations écologistes locales, avec des mairies concernées par le projet initial comme SOUSTONS. Mais surtout, il nous faut procéder à toutes les études d’impacts nécessaires (notamment financière et sanitaire) préalablement au lancement du projet. 

Nous devons étudier tout cela de près sans précipitation excessive…

A ce stade, 10.000 €  c’est déjà trop !
 


 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Manquait-on de projets écologiques, humanitaires ou sociaux ?

 

Espelosin marie claude 1 Une subvention de 10 000 € attribuée par Castets à une association originaire de la Somme pour construire une baleine bleue "grandeur nature"... 

 Manquait-on de projets écologiques, humanitaires ou sociaux à Castets ?

 Le 16 octobre dernier, lors de la séance du Conseil Municipal, un vote portait sur l'octroi d'une Baleine 1subvention de 10 000 € sous forme d'apport associatif, pour soutenir le projet d'une association originaire de la Somme visant à construire une "baleine bleue" grandeur nature...

Voici l'intervention que j'ai faite avant le vote :

« Mr le Maire,

A la lecture des documents concernant ce point, j’ai d’abord été étonnée par le fait que ce projet n’ait pas été débattu en commission Environnement et je le regrette.

Il me semble onéreux d’octroyer la somme de 10 000 € à l’association « un cadeau pour la terre ». Sur le projet de la convention, concernant les contre parties, nous pouvons lire : « l’association s’engage à réaliser sur le territoire de la Commune un mémorial du Biome  dans les conditions ultérieurement déterminées par une convention entre les parties… ». A ce jour, nous devons voter pour l’octroi d’un apport associatif d’un montant de 10 000€, sans en connaitre réellement les conditions finales. Comment avez-vous sélectionné cette association, originaire de la Somme ?

Sauver abeille noire 1 Pourquoi ne pas avoir opté pour une association implantée dans les Landes, comme la Fédération des Sociétés pour l’Etude la Protection et l’Aménagement de la Nature dans le Sud-Ouest, la SEPANSO, active depuis plus de 40 ans.

 Il aurait été tout aussi intéressant de créer une exposition avec des espèces locales ou de notre région comme l’abeille noire des Landes, espèce en voie de disparition, comme la rainette verte, espèce vulnérable, ou comme la fauvette Pitchou, espèce en déclin, faisant partie de la liste des oiseaux Fauvette pitchou 1protégés… Pourquoi ce choix ? Un diagnostic environnemental de la faune et la flore présentes dans notre village n’a-t-il pas été effectué sur la commune dans le cadre du PLU, et ne peut-il pas servir de support ?

10 000 € c’est une somme, comparativement à l’aide budgétisée au CCAS pour les familles en difficulté qui ne s’élève qu’à 2 000 € !!

Et si nous reprenons le détail de quelques subventions aux associations hors musicales et sportives, nous constatons que des associations comme l’amicale des donneurs de sang, l’amicale des pompiers, les anciens combattants, les conjoints survivants, les mutilés du travail, la prévention routière, l’association des paralysés de France totalisent moins de 2 000 € alors que d’autres associations d’aide à la personne, d’aide aux chômeurs landais, ou encore le secours populaire français ne perçoivent rien !

Ces 10 000€ ne peuvent-ils pas être redistribués à des projets humanitaires ou sociaux afin d’améliorer la situation de personnes en difficulté ou bien aux associations déjà existantes dans notre commune ?

Merci de votre attention."

 


 


 

Lire la suite

Chers... déchets verts et... chers... encombrants !

 

 

 Espelosin marie claude 1Le ramassage gratuit des déchets verts et des encombrants, c'est FINI !

 Il faut payer maintenant !

  Par Marie-Claude ESPELOSIN  (Conseillère municipale CASTETS SOLIDARITE)

Dechets verts

En novembre dernier, le maire et sa majorité ont voté la suppression de la gratuité du ramassage des déchets verts et des encombrants. Depuis le 1er janvier 2015, ce service est donc devenu payant.

En opposition lors du conseil municipal, nous (les élus de CASTETS SOLIDARITE) avons voté "CONTRE" cette délibération. Nous y voyons une atteinte à la solidarité et une régression du service public. En effet, cette décision pénalise une population sans moyen matériel (véhicule, remorque,...) pour se rendre à la déchetterie. Elle pénalise aussi les personnes âgées et les plus démunis...

Depuis les années 80, la politique de la commune a privilégié les logements individuels, en lotissement, avec des terrains à entretenir. Nous constatons que le maire et sa majorité restent sourds aux besoins des castésiens. Nous sommes loin des promesses de campagne où le candidat Philippe Mouhel affirmait son intérêt pour ses concitoyens et son souhait d’en améliorer le quotidien "sans oublier personne" !

Rendre payant un service public jusqu’ici gratuit, c’est une taxe supplémentaire pour les Castésiens. Pour un maire qui se vante de ne pas avoir augmenté les impôts sur sa commune, n’est ce pas un moyen détourné de banaliser un impôt supplémentaire ?

Nous pensons que OUI !

Marie-Claude ESPELOSIN