"10 000 € pour voir" ou le syndrome de la baleine bleue

  • Par Serge
  • Le 22/11/2015
  • Commentaires (0)

 

Bareyt serge retaillee 4 2 Lors du Conseil municipal du 16/10/2015, le maire et sa majorité municipale ont décidé de verser une subvention de 10.000 € (sous forme d’apport associatif) à une association originaire de la Somme « Un cadeau pour la terre » dans le cadre de son projet « Baleine Bleue », en échange de la réalisation d’un « Mémorial du biome » sur la commune de Castets dans les deux ans à venir...
Les quatre élus de l’opposition ont voté « contre ». Nous allons vous expliquer pourquoi…


LE PROJET GLOBAL


Présentons tout d’abord le projet global composé de trois parties : « la baleine bleue », « le biome » et le « mémorial du biome ».
 

1- La « baleine bleue »Baleine eiffel
C’est la partie strictement « com’… » (communication) du projet global. Il s’agirait de construire une « baleine bleue » grandeur nature, qui serait un espace d’exposition original pour sensibiliser la population aux enjeux environnementaux. Cette baleine bleue, « aussi grosse qu’un Airbus » (sic), serait bien sûr accessible au public et pourrait être exposée dans quelques villes : tout d’abord à Paris pour la COP 21, « peut-être à Castets » (re-sic), avant de rejoindre son port d’attache définitif : « le Biome » de POUYDESSEAUX.

2- Le « biome »
Le « biome » serait le corps central du projet. Il s’agirait de construire une station zoologique d’élevage et de reproduction, spécifiquement dédiée à la conservation des espèces tropicales en voie de disparition (oiseaux, perruches, perroquets, flamands roses, rapaces, vautours africains, hippopotames pygmées, tapirs malais, gibbons,…). Une station zoologique qui comporterait une zone accessible au public, d’un concept très particulier puisqu’elle permettrait l’approche de très près des animaux (moins de 10m), sans les déranger, « dans une ambiance équatoriale avec des trompe-l’œil pour boucher les perspectives » (sic). Ce site serait implanté à POUYDESSEAUX, une commune située entre Roquefort et Mont de Marsan, à 83 km de Castets.

3- Le « mémorial du biome »
Dernier volet qui concernerait Castets : le « mémorial du Biome » ou « mémorial de la bio-diversité », érigé en mémoire des combattants de l’environnement, célèbres ou non, qui ont perdu la vie en voulant sauver la diversité biologique (Diane Fossey, Bruno Manser et tous les anonymes). Cette structure hébergerait aussi des expositions, un festival annuel de film nature 3D, des conférences d’experts internationaux,…

 

NOTRE POSITION
Alors oui, nous avons voté « contre » l’allocation de cette subvention de 10.000 € à cette association nordiste. Non pas, parce que nous étions « contre » ce projet écologique ambitieux, mais simplement parce que nous estimons que lorsque l’on est soucieux des deniers publics, on n’engage pas 10.000 € sans réfléchir…

10.000 €, c’est peut-être peu pour notre maire, mais cette somme représente 5 fois le budget alloué par le CCAS aux familles en difficulté de Castets (voir article Manquait-on de projets environnementaux, humanitaires ou sociaux ? ) ... A chacun ses priorités !  

Mais 10.000 €… on peut réfléchir quand même !
Eh bien, non ! Comme au poker, c’est 10.000 € juste « pour voir »… SANS AUCUNE ETUDE PREALABLE.


« Contre » une convention « fantaisiste »

Un cadeau pour la terreEn effet, la majorité municipale a décidé de faire un chèque de 10.000 € à l'association "Un cadeau pour la terre"  sur la base d’une convention d’apport associatif « fantaisiste » dans laquelle on peut lire noir sur blanc : 

  • « l’association s’engage à réaliser sur la territoire de la commune un mémorial du Biome dans des conditions ultérieurement définies par une autre convention entre les parties, et composé au moins d’un amphithéâtre et d’une exposition permanente, afin d’informer les citoyens sur les risques environnementaux de notre époque et sur la disparition des espèces ; »

Ou encore :

  • « La commune bénéficie d’un droit de reprise sur l’intégralité de l’apport en cas de non-respect par l’association de ses engagements mentionnés à l’article 4 au terme d’un délai de 2 ans ; ce délai peut être prolongé, sans toutefois excéder 3 ans, si l’association a été dans l’incapacité de répondre à ses obligations par un cas de force majeure ou par tout autre motif dont la légitimité est laissée à l’appréciation de la commune ».

Ainsi donc, l’association s’engage effectivement à réaliser « un mémorial du Biome », mais on ne définira que plus tard, dans une autre convention (encore à écrire), ce que sera exactement ce site.

En fait, c’est : « tu paies d’abord et tu ne connaîtras le projet exact que plus tard »…

Et, si  l’engagement (non défini) n’est pas respecté dans un délai de 2 ou 3 ans, « tu auras le droit de courir après ton argent… »

Tout cela serait drôle si l’on ne parlait pas de l’argent des castésiens…
 

« Contre » une méthodologie hasardeuse

Nous parlons de sauvegarde d’espèces en voie de disparition… Donc d’écologie ou d’environnement.

En aurait-on débattu en Conseil Municipal ou dans la commission municipale « environnement » ?   … NON !

Nous parlons de construire « un mémorial composé au moins d’un amphithéatre et d’une exposition permanente » dans les deux ans (cf. la convention).

Le biomeDeux ans (même trois), c’est très court pour un projet de cette envergure… Il faut donc pour cela choisir un lieu d’implantation, connaître l’engagement foncier pour la commune (combien d’hectares ?), et appréhender si  cet investissement patrimonial sera ou non rentable, ou préférable, pour la commune, à d’autres projets, plus castésiens, comme la construction de lotissements d’habitations ou la création de zones d’activités qui intéressent très directement les castésiens.

Aurait-on débattu du lieu d’implantation de ce site « Mémorial » en Conseil municipal ou dans les commissions municipales « urbanisme » ou « travaux » ou « finances »  alors que le Commune travaille simultanément sur le plan guide et sur son PLU (plan local d’urbanisme) qui doit être terminé en 2017 ?  …. NON !

La convention ne fixe rien de concret sur la nature exacte de ce mémorial, de son « amphithéâtre » ou de son « exposition permanente ». Corollairement,  nous n’avons  aucune donnée chiffrée sur la fréquentation possible du site et encore moins sur les dépenses d’investissements et de fonctionnement qui resteraient à la charge de la commune s’il devait être construit.

Aurait-on débattu de l’opportunité de réaliser une étude d’impact sur l’implantation de ce « mémorial du Biome » à Castets : infrastructures nécessaires, bâtiments, réseaux VRD, routes d’accès, parkings, etc… ?  … NON !

Aurait-on débattu des budgets prévisionnels correspondants  ?  … NON !

« Le Biome » (véritable structure centrale du projet) sera implanté à POUYDESSEAUX, commune située entre ROQUEFORT et MONT DE MARSAN, soit à plus de 83 km de Castets (au moins 1h en voiture).  

Aurait-on étudié l’intérêt d’une implantation de ce « mémorial » à CASTETS, alors qu’il était initialement prévu de l’installer logiquement à l’entrée du Biome à POUYDESSEAUX, puis à MAGESCQ, puis à SOUSTONS (cf. doc. du Biome) … NON ! 

Aurait-on étudié les moyens de communication entre les 2 sites et/ou l’intérêt pour les touristes de visiter le « mémorial » quand le site principal « la station zoologique » est située à 83 km ? … NON !

Jusque récemment, les communes de MAGESCQ et de SOUSTONS étaient partenaires de ce projet. Le « mémorial » désormais dévolu à CASTETS devait y être implanté… 

Aurait-on étudié pourquoi MAGESCQ et SOUSTONS se sont retirées de ce projet ?  … NON !

Aurait-on enquêté sur les motivations des écologistes qui ont combattu l’implantation du site à SOUSTONS ?  … NON !

 

Des interrogations sur le porteur de projet

Biome en chiffresDes interrogations sur le porteur de projet car plusieurs changements ont été présentés en Conseil municipal : une fois, il s’agit d’une association dénommée « Un cadeau pour la terre », une autre fois, il s’agit d’une SAS dénommée « LE BIOME », puis de nouveau l’association « Un cadeau pour la terre » dans la dernière délibération proposée au vote.

L’association « Un cadeau pour la terre » est basée à Rosière-en-Santerre dans la Somme… La SAS « Le Biome » est basée à Pouydesseaux dans les Landes… Justement sur le lieu même d’implantation du Biome.

Cette SAS est une structure récente, avec des comptes comptables (consultables sur internet) très inquiétants puisque d’un niveau de bilan ridicule (34 K€ de capitaleu égard à l’ambition du projet (15 Millions d'Euros - cf.ci-contre extrait du site du Biome) et avec des comptes de résultats très largement négatifs sur les deux derniers exercices…  (cf. sur internet : http://www.societe.com/societe/le-biome-531954691.html)

Bon, en période de lancement  du projet, on peut comprendre que son porteur ne roule pas sur l’or, mais quand même… Les capitaux investis semblent bien faibles par rapport à un projet qui coûtera sans doute beaucoup plus que les 15 millions d’euros annoncés. 

Aurait-on enquêté sur la solidité financière des porteurs de projet ?  … NON !

Combien de centaines de milliers d’euros ont été investis jusqu’ici et par qui ? Combien, le conseil régional et le conseil départemental ont réellement versé dans ce projet alors qu’ils sont annoncés comme mécènes par le porteur de projet ?

Aurait-on enquêté sur le « tour de table » des investisseurs dans le projet ? …NON !

Curieusement, aucun « tour de table » financier global n’a été présenté aux élus castésiens, ni sur l’ensemble du projet (le biome) ou ni même sur sa partie castésienne (le mémorial).

Bon, et puis, notre région ne manque ni d’atouts environnementaux ni, malheureusement, d’espèces locales menacées. Si la majorité municipale voulait lancer Castets dans un projet écologique (ce qui est louable bien sûr !), pourquoi ne pas avoir sollicité des associations écologiques locales, comme la SEPANSO, active dans le département depuis plus de 40 ans. Ces associations locales n’auraient-elles pas pu être consultées pour l’implantation d’une structure plus modeste qui aurait concerné la protection de la faune régionale en danger, comme l’abeille noire des landes, la rainette verte, la fauvette pitchou, etc.

 

CONCLUSION
Encore une fois, nous n’avons rien contre ce projet ambitieux sur le plan écologique ou environnemental. MAIS, le manque d’informations et l’absence d’études préalablesBaleine bleue que nous constatons dès son lancement, nous paraissent extrêmement inquiétants pour ne pas dire dangereux pour la commune.

Le maire et sa majorité municipale n’ont pas le droit d’entraîner les castésiens dans une aventure dont ils pourraient avoir à supporter les conséquences par leurs impôts. Comment peuvent-ils imaginer qu’il suffirait de mettre 10.000 € sur la table, pour qu’un projet de cette ampleur soit déployé sans que cela ne coûte rien d’autre aux castésiens ? 

Il nous semble donc qu’avant de lancer la commune dans une telle aventure, fut-elle « écologique », nous devrions faire preuve de prudence, en prenant tous les renseignements nécessaires sur les intervenants et porteurs de projet, leur solidité financière et leurs partenaires financiers. Il nous faut aussi rencontrer et discuter de ce projet avec les associations écologistes locales, avec des mairies concernées par le projet initial comme SOUSTONS. Mais surtout, il nous faut procéder à toutes les études d’impacts nécessaires (notamment financière et sanitaire) préalablement au lancement du projet. 

Nous devons étudier tout cela de près sans précipitation excessive…

A ce stade, 10.000 €  c’est déjà trop !
 


 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau