Laïcité : " N'oubliez pas Charlie ! "

Bareyt serge retaillee 4 2"N'oubliez pas CHARLIE !"

 La Laïcité est le seul rempart contre le communautarisme et ses travers...

  Par Serge BAREYT   (Conseiller municipal de CASTETS SOLIDARITE)

 

La nouvelle régie municipale des fêtes succède au défunt comité des fêtes... Pour les Laicite principe fondamentalfêtes 2015, elle a concocté un très beau programme qui ravira très certainement les castésiens.

Une ombre au tableau cependant : la régie veut se mêler de religion en organisant un office religieux catholique sous le chapiteau de la Commune sur la place du village. 

Voilà plus de 15 ou 20 ans que nous n'avions pas vu cela... Pourtant, quelques mois seulement après les attentats de CHARLIE HEBDO, la régie (organisme municipal) veut organiser un office religieux sur la place publique. Ce faisant, elle privilégierait les croyants d'une religion et écarterait tous ceux des autres religions, ainsi que les agnostiques et les non croyants.  

Images56881c7n 1Sensible à la défense et à la promotion du principe de Laïcité, je suis intervenu en Conseil municipal pour protester contre cette incursion d'une religion dans l'espace public. La religion est une affaire privée. Elle n'a rien à faire dans l'espace public.

A Castets, à Dax et ailleurs, nous étions Charlie. Il faut continuer de l’être. La défense et la promotion du principe de Laïcité n’ont jamais été aussi cruciales. La Laïcité est le seul rempart contre le communautarisme et ses travers. Notre responsabilité personnelle et collective est immense. Qu’adviendrait-il de notre vivre ensemble si nous perdions cette référence ?

VOICI LE TEXTE DE MON INTERVENTION EN CONSEIL MUNICIPAL :

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux,

Lundi 1er juin au soir, la régie des fêtes a présenté le programme des fêtes de Castets 2015. Après 7 années passées au comité des fêtes, c’est en connaisseur que je veux souligner ici la qualité du travail réalisé par toute l’équipe de la régie pour aboutir à un très beau programme qui ravira sans aucun doute tous les castésiens.

Cela dit, à ma grande surprise, j’ai pu noter dans ce programme que les organisateurs avaient prévu un office religieux catholique « en musique » le dimanche matin, en plein air, sous le chapiteau… A les en croire, ce serait une bonne idée pour attirer du monde…

En somme, la religion serait appelée à la rescousse pour pallier une hypothétique désaffection des castésiens pour la fête de leur village. Alors, je le dit tout net : même pour attirer du monde, les religions n’ont pas à être sur la place publique !

Certains d’entre vous le savent, je suis de longue date impliqué dans la défense et la promotion de la Laïcité et au demeurant vice-président de l’association « LAICITE 40 ». En 2012, à Castets, c’est en cette qualité qu’avec Jean-Pierre BEGUERY, nous avons inauguré ensemble, le « Square de la Laïcité » devant le groupe scolaire, avec le concours des enseignants et des enfants des écoles…

Tout cela pour dire que je suis très sensible sur ce sujet… Mais ne vous y trompez pas, je suis un ardent défenseur de la liberté absolue de conscience, à ce titre, je respecte profondément les croyants.

Imageso218gr20D’ailleurs, la Laïcité n’est pas antireligieuse. Au contraire ! Elle est la condition première et nécessaire pour que toutes les convictions des croyants, comme celles des non- croyants, puissent exister ensemble dans l’espace public. La Laïcité, c’est le « vivre ensemble » avec nos différences, dans le respect de ces différences ; sans jamais que l’une d’entre elles, ne dicte sa loi aux autres. Car au-dessus de nos différences, il y a ce qui nous rassemble : l’intérêt général et la République.

Or, il me semble qu’en l’occurrence, en intégrant dans le programme de ses fêtes la tenue d’un office religieux sur la place publique, la Commune (via sa régie) sort éminemment du cadre de l’intérêt général et de la République. En effet, ce faisant, elle privilégie les croyants d’une religion et écarte tous ceux des autres religions, ainsi que les agnostiques et les non croyants.

Par ailleurs, cela doit faire au moins 15 ans qu’il n’y a plus d’office religieux sur la place publique pendant les fêtes de Castets et d’après ce qu’on m’en a dit, ce serait l’évêché ou le diocèse qui aurait pris l’initiative de cette suppression, justement parce qu’il estimait alors que la place publique des fêtes n’était ni un contexte ni un endroit favorables à sa tenue. Mais là n’est pas l’essentiel.

La religion est une affaire strictement privée. Concernant le culte catholique, il existe même un bâtiment communal spécifique pour la pratique de ce culte. Pourquoi y aurait-il donc nécessité d’investir l’espace public pour une célébration religieuse…

La Laïcité n’est pas à géométrie variable… On ne peut raisonnablement pas s’opposer un jour aux prières de rues de croyants musulmans dans les rues de Paris ou d’ailleurs, et accepter, voire promouvoir, le lendemain des prières de croyants catholiques sur la place publique de Castets, qui plus est, à 10 mètres du Square de la Laïcité…

La Commune ne doit ni organiser ni faire la promotion d’un quelconque office religieux dans le programme de fêtes Img 0374 1qu’elle finance avec les impôts de tous les castésiens, croyants de toutes religions ou non croyants.

Tout cela est en totale contradiction tant avec l’esprit qu’avec la lettre de la loi du 9 décembre 1905, dite « de séparation des églises et de l’Etat ».

A ceux qui croient voir dans cet évènement « un heureux retour aux traditions ancestrales », je veux dire qu’il n’est pas toujours une finalité souhaitable… Je ne disserterai pas ici ce soir sur ce sujet. Ce n’est ni le lieu ni le moment. Et puis, il y a tradition et tradition… Il ne faut pas confondre la tradition de la course landaise ou de la course de trottinettes avec la soi-disant tradition de la fête patronale et de son office religieux catholique associé.

Je m’étais déjà insurgé ici en Conseil municipal contre l’utilisation de l’expression « fêtes patronales », héritée d’un passé bien antérieur à la loi de 1905, dans lequel toutes les fêtes étaient religieuses, à commencer par celle du village puisque, de l’adhésion de tous, celui-ci était placé sous la protection d’un « saint patron ». En ces temps-là, la seule religion qui comptait était la religion catholique, même si juifs et protestants étaient alors tolérés...

Depuis, le monde a changé. Le paysage religieux d’aujourd’hui n’est plus celui de 1905. Aux trois cultes partenaires d’alors – Catholicisme, Protestantisme et Judaïsme – s’ajoutent aujourd’hui l’Islam qui est devenu la deuxième religion du pays, avec ses divers courants internes, mais aussi, les philosophies asiatiques, principalement le Bouddhisme, les Eglises Orthodoxes ou les Eglises Evangéliques « à l’américaine ».

42 18032293Accepterions-nous d’organiser des offices pour chacune de ces religions pour respecter le principe d’Egalité si la demande nous en était faite ? Bien sûr que non ! Et nous aurions raison… Alors pourquoi vouloir le faire pour une seule religion ?

Rappelons-nous qu’aujourd’hui en France, on violente des homosexuels, on brûle des temples maçonniques, on saccage des cimetières juifs ou chrétiens, on pose des bombes au nom des dieux, on assassine à la kalachnikov pour des caricatures… et j’en passe !

Notre responsabilité personnelle et collective est immense. A Castets, à Dax et ailleurs, nous étions Charlie. Il faut continuer de l’être. La défense et la promotion du principe de Laïcité n’a jamais été aussi cruciale. Qu’adviendra de notre vivre ensemble si nous perdons cette référence ? La Laïcité est le seul rempart contre le communautarisme et ses travers.

Les législateurs de 1905, inspirés par la philosophie humaniste des Lumières, ont gravé dans le marbre, ce pacte républicain fondé sur la séparation des Eglises et l’Etat, fixant l’idée que ce qui relevait de la religion était d’ordre privé et que l’espace public, tout comme l’autorité publique et ses représentants, devaient rester neutres en toutes circonstances.Imagesq01uu97p

Or, si la Commune organise un office religieux quelconque dans l’espace public ou ailleurs, elle ne respecte pas cette neutralité à laquelle elle doit s’astreindre.

Non, les fêtes de Castets sont comme leur nom l’indique : les fêtes de notre village, les fêtes de tous les castésiens, croyants de toutes religions, agnostiques ou non croyants et certainement plus les fêtes d’un « saint patron » catholique.

Monsieur le Maire, je vous appelle à la raison. Ne permettez à personne d’allumer une mèche qui immanquablement placerait Castets au centre d’un débat public qui dépasserait largement les frontières de notre Commune. Car débat public il y aurait, soyez en sûr…

En tant que premier magistrat de la Commune, vous vous devez de faire respecter l’ordre républicain. Or, permettre à notre régie communale d’organiser un office religieux dans l’espace public, c’est la négation de la neutralité de la puissance publique que vous représentez, c’est la négation de l’intérêt général et donc celle de la République. L’ordre républicain passe par l’application stricte du principe de Laïcité.

Les affiches et les programmes ne sont pas encore imprimés... Il est donc encore temps… Alors, Monsieur le Maire, je vous le demande solennellement : n’oubliez pas Charlie ! Faites supprimer du programme de nos fêtes l’organisation de cet office religieux qui n’a rien à y faire...

Victor hugo 1Et pour conclure, permettez-moi de reprendre la fameuse phrase de Victor Hugo (qui était croyant il faut le rappeler), prononcée en 1850 (soit 55 ans avant la loi de 1905) :


« En un mot, je veux l’Eglise chez elle et l’Etat chez lui »…

 

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux, je vous remercie de votre attention.



 

Commentaires (1)

Visiteur
  • 1. Visiteur | 07/02/2016
L'auteur Sandrine Desse, dans son roman Charlie profané, livre une réflexion assez iintéressante à ce sujet:
" Les religions m’indifférent profondément. Il n’existe pour moi que des humains dont le droit essentiel est de vivre en pensant ce qu’ils veulent sans avoir à risquer leur vie pour ça. Et c’est ce que la laïcité avait presque réussi à accomplir. Aidé de la science, l’homme avait tué le merveilleux et la sagesse qui seule peut permettre le véritable vivre ensemble était enfin à portée de main. Et aujourd’hui, ce sursaut de délire mystique remet en cause des siècles de combat silencieux et sans violence. Tous les discours que nous pourrions faire pour inciter l’homme à la raison seraient inutiles. L’être humain a besoin de merveilleux autant que de nourriture. C’est la seule chose que la laïcité n’a pas pu lui fournir. C’est notre seule faiblesse."

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau