Blog

Tarifs 2016 : on marche sur la tête à la mairie !

 

Bareyt serge retaillee 4 2 En 2015, l'inflation (hausse des prix) a été de 0 %... 

 Contre toute logique, le maire augmente les tarifs communaux de 2 % ! 

 Explication du maire : "Cette hausse pratiquée chaque année évite de lourds rattrapages quand elle n'est pas faite régulièrement, comme cela a pu être le cas par le passé". (sic). 

Les nouveaux tarifs communaux 2016 ont été examinés lors du dernier Conseil Municipal de l'année le 16 décembre 2015 : prix des emplacements sur le marché, prix des Inflation 2015concessions au cimetière ou au columbarium, prix des locations de salles communales, etc…

Le maire et sa majorité ont proposé et voté une augmentation des tarifs de 2% par rapport à 2015.  Pourquoi ? Personne ne sait ! Même pas eux !

Les quatre élus de l’opposition ont bien-sûr voté « contre ». Oh, pas par plaisir, mais parce que, selon nous, rien ne justifiait cette augmentation de 2%. 

Nous avons tenté vainement d’expliquer pourquoi cette augmentation ne se justifiait pas, en faisant état d’un taux d’inflation (hausse des prix) nul en 2015.  (cf. source INSEE : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=29)


Mieux, nous avons signalé que les prix à la consommation avaient baissé de 0,2% en novembre 2015 et avons même fait remarquer que l’augmentation du SMIC serait limitée à 0,6% en 2016… et sans coup de pouce !  (cf. source journal officiel : http://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2015/12/17/ETSX1531022D/jo )

Vous croyez que nous avons été écoutés ? NON ! Mais, c’est habituel… Même si nos arguments sont pertinents et irréfutables, nous ne sommes que très rarement écoutés !

 

Marcher sur la teteSud-Ouest, le service de communication personnel du maire, s’est fait l’écho de cette révision des tarifs communaux. Le journal a même précisé qu'il y avait eu 4 votes "contre",mais sans dire lesquels. Inféodé au maire, il a même « omis » de donner les raisons qui ont motivé notre vote. En revanche, le journal n’a pas oublié de relever la réponse du maire : « cette hausse pratiquée chaque année évite de lourds rattrapages quand elle n’est pas faite régulièrement comme cela a pu être le cas par le passé » (sic).   (cf. source Sud-Ouest : http://www.sudouest.fr/2015/12/18/tarifs-et-corrections-budgetaires-au-menu-2220931-3337.php).

Réponse hallucinante ! Consternante même ! 

On marche sur la tête à la mairie !

Alors que l’inflation a été nulle en 2015, Castets augmente ses tarifs de 2% pour 2016 « pour éviter de lourds rattrapages » (sic) !

Mais des rattrapages de quoi, puisque l’inflation a été nulle ?  La logique aurait voulu que les tarifs 2016 restent identiques à ceux de 2015, non ?

La vérité, c’est qu’encore une fois, il est clair que la commune est gérée « à la petite semaine » par un maire et une équipe de « suiveurs » qui ne prennent même pas le soin de réfléchir ni même d’écouter les objections pertinentes de l’opposition…

Alors voilà : on a pris l’habitude d’augmenter les tarifs tous les ans de 2% quand l'inflation était à 2%, alors, on continue à les augmenter de 2% en 2016, sans même regarder ce qu’a été la hausse des prix (ou l’inflation) de 2015 : 0% !

Ce serait risible s’il ne s’agissait pas de l’argent des contribuables castésiens…
En l’occurrence, c’est tout bonnement consternant !

 

Serge Bareyt, Conseiller municipal


Lire la suite

La Curée... C'est indigne !

 

Bareyt serge retaillee 4 2 César les aurait traînés derrière son char dans son triomphe romain,

 Dieu les aurait sans doute pardonnés...

 Mais notre maire, lui, a préféré les livrer aux chiens sur Facebook !

Riverain de l'église, un couple de castésiens était gêné par le bruit des cloches dans ses activités professionnelles de chambres d'hôtes et d'ingénieur du son. Il écrit au maire, La curee 14mais sans réponse positive de sa part, il décide de saisir la justice simplement pour faire réduire le niveau sonore trop important des cloches, mesuré à 74 décibels alors qu'il n'aurait jamais dû dépasser les 40 décibels... Mais, mal entendu par la justice (ou mal défendu...), celle-ci ne l'a pas écouté, en ne comprenant de sa démarche que sa volonté de faire arrêter les sonneries de cloches... Il n'y a pire sourd que celui qui ne veut entendre !

La justice ayant tranché, les choses auraient pu en rester là... C'était gagné pour la Commune et puis c'est tout... Eh, bien non ! Notre maire ne l'a pas entendu de cette oreille. En pleine campagne électorale pour les régionales, candidat sur la liste de droite "LR-UDI-Modem", il a voulu exploiter cet évènement pour glaner quelques voix supplémentaires à son profit en surfant sur la vague de la défense des traditions, quitte à mettre nos deux castésiens déjà meurtris, au pilori ou à jeter sur eux l'opprobre !

Compassion, commisération, pitié, grâce, clémence sont des mots qui semblent ne pas faire partie de son vocabulaire... Sans parler de ces sentiments que l'on reconnaît volontiers comme chrétiens : la bonté, l'indulgence, le pardon ou la miséricorde.

César les aurait traînés derrière son char,  Dieu les aurait sans doute pardonnés...  

Mais notre maire, lui, a préféré les livrer aux chiens sur Facebook !

Voir le site de Philippe MOUHEL, Maire de Castets : https://www.facebook.com/441395529299364/videos/757188371053410/

 

La victoire aurait pu lui suffire... Premier magistrat de la commune, nous l'aurions espéré modeste, indulgent, généreux et magnanime dans la victoire...

Que nenni !    

Il s'est abaissé à la petite vengeance... Celle des bas étages !  "Petitement", à grands coups d'emissions de radio, de pages entières dans le journal Sud-ouest, notre maire-candidat aux élections régionales, s'est répandu fielleusement dans la presse sur les conditions de "SA" victoire en justice contre ses concitoyens qui ne voulaient simplement que faire baisser le niveau sonore des cloches du village...  

Et comme cela ne lui suffisait pas, il a organisé une grande réception à la mairie, relayée par son service de presse inféodé, pour fêter ostensiblement "SA" victoire, à grands renforts de coupes de Champagne et de petits toasts, aux frais des contribuables castésiens... (voir l'article sur 2 pages dans le "Sud-Ouest" du vendredi 11 décembre, pages 14 et 15 : http://www.sudouest.fr/2015/12/11/la-justice-sonne-le-glas-on-ne-visait-que-le-niveau-sonore-2213968-3337.php)    

 

Je sais que ce billet ne sera pas forcément bien compris... Ce n'est pas grave !  J'assume, je persite et je signe !  Il ne sera pas dit que je n'aurais rien fait quand deux de mes amis se sont fait publiquement humilier.

On peut être en désaccord, on peut (on doit même...) défendre les intérêts de la Commune et des castésiens, quand ils sont attaqués, se défendre, gagner, triompher... Mais, quand on est maire d'un village, quelles qu'en soient les raisons, on n'a pas le droit d'humilier publiquement deux de ses concitoyens, en jetant sur eux l'opprobre et en les livrant aux commentaires des chiens sur Facebook... toujours bienveillants quand arrive l'heure de la curée. 

Serge BAREYT, Conseiller municipal


Lire la suite

Télé-réalité ? NON, réalité de la télé !

 

Pm contrarie genevieve droite "Ah, mon p’tit Philippe, j’ai une bonne nouvelle pour toi :

 

 Tu seras 4ème sur la liste de la Droite aux régionales !

 

 T’es content, hein ?"

 

 

 Pm contrarie

 

 "Oh, oui ! Merci Marraine Darrieussecq...

 

 Qu’est-ce que j’suis heureux !

 

 D’ailleurs, impossible de cacher ma joie ! "

 

 

 

 

Pm contrarie groupe Télé-réalité ? 

 ...NON, réalité de la télé !

 

 

 

Dur, dur, d’apprendre qu’on n’est que 4ème sur la liste de la droite aux régionales...

 

 

 

 

 (photos extraites du reportage réalisé par "TV Landes" lors de la présentation de la liste de la droite à Mont de Marsan...)

 

 

 PS : Un peu d’humour, ça ne fait pas de mal dans ces temps difficiles...

 


 

Lire la suite

Les barbares ont frappé la France en plein coeur !

"Le terrorisme ne détruira pas la République, c'est la République qui le détruira". (F. Hollande)

Lundi 16 nMarianne en pleurs 1ovembre à 12h, les adhérents de « Castets Solidarité » se sont retrouvés avec quelques dizaines de castésiens sur le parvis de la mairie de Castets pour partager une minute de silence en mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015. Ce moment de recueillement s’est terminé par une « Marseillaise » très émouvante.

"Castets Solidarité" a décidé de relayer un texte cosigné par des responsables associatifs, des leaders politiques, des intellectuels, de toutes confessions qui appellent à ne pas tomber dans le premier piège tendu par le terrorisme : la division.  

 

Nous sommes unis !

" Paris, 14 novembre, 16 h

Touchée en plein cœur, la France pleure. Elle pleure ses citoyens assassinés, innocents, victimes d’une violence inouïe et innommable. Parce que la barbarie a encore frappé, la France doit encore se lever. Bougie

Face à un drame inédit d’une telle ampleur, nous devons plus que jamais nous concentrer sur l’unité ! Oui face au terrorisme, face à la peur, face à la violence : Nous sommes unis !

Nous sommes unis autour des familles des victimes – à qui nous adressons nos plus profondes et nos plus vives condoléances - autour des survivants, et autour de tous les témoins en France et dans le Monde de la folie meurtrière motivée par une idéologie mortifère et inhumaine.

Responsables associatifs, leaders politiques, journalistes, intellectuels, notre responsabilité est la même ! Le but de la terreur, au-delà du chiffre macabre des victimes, est de provoquer la division d’une nation, d’une famille.

Un piège nous est tendu ! Nous devons refuser d’y succomber ! La division, la délation, la stigmatisation sont au cœur de ce piège sournois. Chaque fois que nous tentons hâtivement de désigner des responsables de ce crime dont seuls les auteurs sont coupables, nous tombons dans le piège d’une division programmée et orchestrée.

Dès aujourd’hui avec tous les Français, traduisons nos intentions dans l’action. Nous pouvons rejoindre les hôpitaux les plus proches pour donner notre sang, adhérer aux associations créatrices de lien social, soutenir les ONG, tisser des liens avec nos voisins, lutter autour de nous contre le racisme et les préjugés…

 Le combat contre le terrorisme sera long, il seraRepublique 1311 dur, il nous réserve des moments difficiles, mais tant que nous agirons ensemble la France restera debout.

 Les terroristes nous ont adressé un message. Ils ont voulu mettre la France à genoux. Disons-leur à notre tour que nous sommes debout ! Debout et soudés, main dans la main, les uns avec les autres et jamais les uns contre les autres. Notre unité est notre bien le plus précieux.

 Protégeons-le et donnons-lui tout son sens aujourd’hui, l’heure est à la Fraternité qui est notre véritable rempart contre la violence aveugle du terrorisme et la division planifiée."

 

40 Premiers signataires :

Guy Aurenche, président du CCFD Terre Solidaire - Radia Bakkouch, présidente de Coexister - Jean-Louis Bianco, ancien ministre, président de l’Observatoire de Laïcité - Ghaleb Bencheikh, président de Religions pour la Paix France - Khaled Bentounes, fondateur des Scouts Musulmans de France - Christian de Boisredon, fondateur de Sparknews - Yann Boissière, rabbin du Mouvement Juif Libéral de France (MJLF) - Elsa Bouneau, présidente du Scoutisme Français et des Éclaireuses et Éclaireurs Unionistes de France (EEUDF) - Nicolas Cadene, rapporteur général de l’Observatoire de Laïcité - Pasteur Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France – Combo, artiste - Jean-Paul Delevoye, président du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) - Samy Debbah, président du Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) - Jean-Michel Ducomte, président de la Ligue de l’Enseignement - Antoine Dulin, membre du bureau du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) - Nabil Ennasri, président du Collectif des Musulmans de France - Marie-Aleth Grard, vice-présidente de ATD Quart Monde - Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique - Thomas Guénolé, politologue et éditorialiste sur RMC - Samuel Grzybowski, fondateur de Coexister - Samia Hathroubi, directrice Europe de la Foundation For Ethnic Understanding (FFEU) - Claire Hedon, présidente de ATD Quart Monde - Youssef Himmat, président des Étudiants Musulmans d’Europe (FEMYSO) - Anouar Kbibech, président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) - Nacer Kettane, président de Beur FM - Elena Lasida, économiste - Christine Lazerges, présidente de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH 2012-2015) - Yasser Louati, porte-parole du Collectif contre l’Islamophobie en France - Abdelkrim Marchani, président du club Hessel – Médine, rappeur et président de l’association Don’t Panik - Jean-Pierre Mignard, avocat - Bernard Pinaud, délégué général du CCFD Terre Solidaire - François Rachline, président du Comité Scientifique du Comité Étude du Fait Religieux Contemporain (CEFRELCO) - Thibault Renaudin, secrétaire générale de l’Association de la Fondation Étudiante pour la Ville (AFEV) - Abdelhak Sahli, président des Scouts Musulmans de France - Anas Saghrouni, président des Étudiants Musulmans de France - Bernard Thibaud, délégué général du Secours Catholique - Gilles Vermot-Desroche, président des Scouts et Guides de France - Guillaume Villemot, président de Bleu Blanc Zèbres (BBZ) - Saad Zian, délégué général des Éclaireuses et Éclaireurs de France (EEDF)


Régie des eaux : une décision "sans chiffres" et "sans débat" !

 

Cet article es"t composé de 2 parties :

1- L'explication du contexte de la création d'une "régie des eaux municipale par Serge BAREYT.

2- L'Intervention de Valérie GADOU en Conseil Municipal au nom du Groupe des élus d'opposition.

 

Bareyt serge retaillee 4 2 Le maire et les quelques élus "décideurs" de la majorité ont décidé dans leur coin, sans débat, de la création d'une "régie des eaux municipale" pour remplacer la SOGEDO (société privée) dont le contrat arrivait à terme fin 2015.

Nous étions tous d'accord (majorité et opposition) sur le fait que l'option SOGEDO devait s'arrêter parce que nous souhaitions tous que le service public de l'eau soit confié à un organisme public (Syndicat ou Régie des eaux municipale) et non plus à des intérêts privés... Mais aussi, parce que cette option SOGEDO nous aurait privés de substantielles subventions départementales dans le cadre de l'aménagement de la Rue Ste Hélène que tous les castésiens appellent de leurs voeux depuis si longtemps...    

Nous l'avons dit et redit, notre choix (élus de l'opposition) n'était absolument pas arrêté entre la mise en place d'une "régie des eaux municipale" ou une adhésion au "SYDEC". D'ailleurs, dans nos programmes municipaux, nous souhaitions étudier à fond ces deux options.

Elles méritaient au moins qu'une étude comparative "sérieuse" soit faite, en prenant le temps nécessaire (pas en 5 jours...), pour permettre aux techniciens de la commune de bien appréhender tous les aléas, encore inconnus à ce jour, qui incombent à la "régie des eaux" d'un petit village comme le nôtre qui sera contrainte d'externaliser toutes les prestations qu'elle ne maîtrise pas en interne...

Eh bien, il faut croire que non, puisque, pour d'obscures raisons, entre un "SYDEC" expérimenté et une "régie des eaux municipale" novice, le maire (et ses élus décideurs) ont choisi, sans chiffres sérieux et sans débat, que Castets aurait une "régie des eaux municipale" et un point c'est tout !  Les autres élus de la majorité, comme ceux de l'opposition, n'ont été informés de leur décision que 5 ou 6 jours avant le vote en Conseil Municipal qui a eu lieu le 10 novembre 2015...

 

Gadou valerieValérie GADOU, conseillère municipale d'opposition est intervenue sur ce sujet au Conseil du 10 novembre au nom de tous les élus d'opposition. Voici le texte de son intervention :

"Monsieur le Maire, 

Nous avons eu le 04 novembre 2015 à 16 h, une réunion pour l’éventuelle mise en place d’une régie des eaux dans le village.

Au cours de cette réunion, qui a duré moins d’ 1 heure, vous nous avez présenté une liste exhaustive des éléments à réaliser ou à vérifier d’ici la fin de l’année, mais aucun chiffre n’a toutefois été avancé !

Devant ce manque d’éléments, nous avons, nous les élus de l’opposition, protesté et réclamé des chiffres : au minimum le prix approximatif du Eau 4m3 obtenu avec une régie des eaux, que nous puissions le comparer avec le prix actuel du m3 de la Sogédo, ou à celui présenté par le  Sydec. 

Vous nous avez déclaré que vous n’étiez pas en mesure de répondre à toutes nos questions, mais que vous disposiez d’un dossier d’étude réalisé par un cabinet d’expertise  comparant les 2 éléments : la régie et la Sogédo.

Vous avez souligné ne pas avoir voulu nous transmettre le dossier pour les motifs suivants :

  • vous n’étiez pas d’accord avec certains points de ce dernier, 
  • vous aviez peur que nous en fassions une mauvaise interprétation.  

Monsieur le Maire, il vous suffisait de nous  expliquer les points sur lesquels vous aviez des doutes : c’est vraiment nous prendre pour des imbéciles !!! Le comble c’est qu’une grande partie de votre majorité a reconnu ne pas avoir eu ce dossier !

Devant notre insistance, vous nous avez transmis le dossier le 05 novembre dans la matinée. Je note alors que le support date du 03  juin 2015, donc que nous aurions pu en disposer courant juin. Mais vous ne l’avez pas entendu ainsi …

Le sujet sur une éventuelle régie des eaux a toutefois été « lancé » maladroitement lors du conseil municipal du 27 août 2015 : en effet, vous avez voulu voter la création d’un poste de  technicien territorial avant même d’avoir voté le dossier de la régie  !!!  

Eau 2Je me permets de vous rappeler que vous vous étiez engagé, une fois de plus, et sur le compte rendu de ce même conseil municipal,  à nous envoyer les éléments nécessaires. Voici vos propos suite à nos différentes interventions vous confirmant que nous n’avions pas encore voté la création de la régie des eaux : « Je vous propose de vous faire parvenir les documents et de reporter ce vote au prochain conseil municipal. C’est un dossier qui me tient à cœur et je veux le mener à bien ».

Oui, à la suite de la réunion du 04 novembre 2015, vous nous avez proposé une nouvelle réunion d’1/2 heure, que vous avez fixée au 06 novembre à 15 h 30 jusqu’à 16 h, pour nous parler de l’étude du cabinet d’expertise. 

Non, Monsieur le Maire, vous ne pouvez pas mettre en place  une régie des eaux dans votre coin et dans la précipitation ! 

Non, Monsieur le Maire, vous ne pouvez pas évoquer un dossier d’une telle importance au cours d'une réunion sans avancer de chiffres,  ou au cours d’une réunion d’1/2 heure fixée du jour au lendemain.  Tout cela n’est pas sérieux !

Vous comprendrez que dans cette période d’incertitude les Castésiens ont besoin d’être rassurés et vous vous devez de leur fournir des éléments sérieux ! 

Dans ces conditions et faute d’avoir reçu la délibération correspondante, nous refusons de voter le point 01 de l’ordre du jour sur le choix de la gestion du service eau et assainissement de la commune.       

Les élus de l’opposition."   (Intervention faite au nom de tous les élus de l'opposition) 

 


Lire la suite

"10 000 € pour voir" ou le syndrome de la baleine bleue

 

Bareyt serge retaillee 4 2 Lors du Conseil municipal du 16/10/2015, le maire et sa majorité municipale ont décidé de verser une subvention de 10.000 € (sous forme d’apport associatif) à une association originaire de la Somme « Un cadeau pour la terre » dans le cadre de son projet « Baleine Bleue », en échange de la réalisation d’un « Mémorial du biome » sur la commune de Castets dans les deux ans à venir...
Les quatre élus de l’opposition ont voté « contre ». Nous allons vous expliquer pourquoi…


LE PROJET GLOBAL


Présentons tout d’abord le projet global composé de trois parties : « la baleine bleue », « le biome » et le « mémorial du biome ».
 

1- La « baleine bleue »Baleine eiffel
C’est la partie strictement « com’… » (communication) du projet global. Il s’agirait de construire une « baleine bleue » grandeur nature, qui serait un espace d’exposition original pour sensibiliser la population aux enjeux environnementaux. Cette baleine bleue, « aussi grosse qu’un Airbus » (sic), serait bien sûr accessible au public et pourrait être exposée dans quelques villes : tout d’abord à Paris pour la COP 21, « peut-être à Castets » (re-sic), avant de rejoindre son port d’attache définitif : « le Biome » de POUYDESSEAUX.

2- Le « biome »
Le « biome » serait le corps central du projet. Il s’agirait de construire une station zoologique d’élevage et de reproduction, spécifiquement dédiée à la conservation des espèces tropicales en voie de disparition (oiseaux, perruches, perroquets, flamands roses, rapaces, vautours africains, hippopotames pygmées, tapirs malais, gibbons,…). Une station zoologique qui comporterait une zone accessible au public, d’un concept très particulier puisqu’elle permettrait l’approche de très près des animaux (moins de 10m), sans les déranger, « dans une ambiance équatoriale avec des trompe-l’œil pour boucher les perspectives » (sic). Ce site serait implanté à POUYDESSEAUX, une commune située entre Roquefort et Mont de Marsan, à 83 km de Castets.

3- Le « mémorial du biome »
Dernier volet qui concernerait Castets : le « mémorial du Biome » ou « mémorial de la bio-diversité », érigé en mémoire des combattants de l’environnement, célèbres ou non, qui ont perdu la vie en voulant sauver la diversité biologique (Diane Fossey, Bruno Manser et tous les anonymes). Cette structure hébergerait aussi des expositions, un festival annuel de film nature 3D, des conférences d’experts internationaux,…

 

NOTRE POSITION
Alors oui, nous avons voté « contre » l’allocation de cette subvention de 10.000 € à cette association nordiste. Non pas, parce que nous étions « contre » ce projet écologique ambitieux, mais simplement parce que nous estimons que lorsque l’on est soucieux des deniers publics, on n’engage pas 10.000 € sans réfléchir…

10.000 €, c’est peut-être peu pour notre maire, mais cette somme représente 5 fois le budget alloué par le CCAS aux familles en difficulté de Castets (voir article Manquait-on de projets environnementaux, humanitaires ou sociaux ? ) ... A chacun ses priorités !  

Mais 10.000 €… on peut réfléchir quand même !
Eh bien, non ! Comme au poker, c’est 10.000 € juste « pour voir »… SANS AUCUNE ETUDE PREALABLE.


« Contre » une convention « fantaisiste »

Un cadeau pour la terreEn effet, la majorité municipale a décidé de faire un chèque de 10.000 € à l'association "Un cadeau pour la terre"  sur la base d’une convention d’apport associatif « fantaisiste » dans laquelle on peut lire noir sur blanc : 

  • « l’association s’engage à réaliser sur la territoire de la commune un mémorial du Biome dans des conditions ultérieurement définies par une autre convention entre les parties, et composé au moins d’un amphithéâtre et d’une exposition permanente, afin d’informer les citoyens sur les risques environnementaux de notre époque et sur la disparition des espèces ; »

Ou encore :

  • « La commune bénéficie d’un droit de reprise sur l’intégralité de l’apport en cas de non-respect par l’association de ses engagements mentionnés à l’article 4 au terme d’un délai de 2 ans ; ce délai peut être prolongé, sans toutefois excéder 3 ans, si l’association a été dans l’incapacité de répondre à ses obligations par un cas de force majeure ou par tout autre motif dont la légitimité est laissée à l’appréciation de la commune ».

Ainsi donc, l’association s’engage effectivement à réaliser « un mémorial du Biome », mais on ne définira que plus tard, dans une autre convention (encore à écrire), ce que sera exactement ce site.

En fait, c’est : « tu paies d’abord et tu ne connaîtras le projet exact que plus tard »…

Et, si  l’engagement (non défini) n’est pas respecté dans un délai de 2 ou 3 ans, « tu auras le droit de courir après ton argent… »

Tout cela serait drôle si l’on ne parlait pas de l’argent des castésiens…
 

« Contre » une méthodologie hasardeuse

Nous parlons de sauvegarde d’espèces en voie de disparition… Donc d’écologie ou d’environnement.

En aurait-on débattu en Conseil Municipal ou dans la commission municipale « environnement » ?   … NON !

Nous parlons de construire « un mémorial composé au moins d’un amphithéatre et d’une exposition permanente » dans les deux ans (cf. la convention).

Le biomeDeux ans (même trois), c’est très court pour un projet de cette envergure… Il faut donc pour cela choisir un lieu d’implantation, connaître l’engagement foncier pour la commune (combien d’hectares ?), et appréhender si  cet investissement patrimonial sera ou non rentable, ou préférable, pour la commune, à d’autres projets, plus castésiens, comme la construction de lotissements d’habitations ou la création de zones d’activités qui intéressent très directement les castésiens.

Aurait-on débattu du lieu d’implantation de ce site « Mémorial » en Conseil municipal ou dans les commissions municipales « urbanisme » ou « travaux » ou « finances »  alors que le Commune travaille simultanément sur le plan guide et sur son PLU (plan local d’urbanisme) qui doit être terminé en 2017 ?  …. NON !

La convention ne fixe rien de concret sur la nature exacte de ce mémorial, de son « amphithéâtre » ou de son « exposition permanente ». Corollairement,  nous n’avons  aucune donnée chiffrée sur la fréquentation possible du site et encore moins sur les dépenses d’investissements et de fonctionnement qui resteraient à la charge de la commune s’il devait être construit.

Aurait-on débattu de l’opportunité de réaliser une étude d’impact sur l’implantation de ce « mémorial du Biome » à Castets : infrastructures nécessaires, bâtiments, réseaux VRD, routes d’accès, parkings, etc… ?  … NON !

Aurait-on débattu des budgets prévisionnels correspondants  ?  … NON !

« Le Biome » (véritable structure centrale du projet) sera implanté à POUYDESSEAUX, commune située entre ROQUEFORT et MONT DE MARSAN, soit à plus de 83 km de Castets (au moins 1h en voiture).  

Aurait-on étudié l’intérêt d’une implantation de ce « mémorial » à CASTETS, alors qu’il était initialement prévu de l’installer logiquement à l’entrée du Biome à POUYDESSEAUX, puis à MAGESCQ, puis à SOUSTONS (cf. doc. du Biome) … NON ! 

Aurait-on étudié les moyens de communication entre les 2 sites et/ou l’intérêt pour les touristes de visiter le « mémorial » quand le site principal « la station zoologique » est située à 83 km ? … NON !

Jusque récemment, les communes de MAGESCQ et de SOUSTONS étaient partenaires de ce projet. Le « mémorial » désormais dévolu à CASTETS devait y être implanté… 

Aurait-on étudié pourquoi MAGESCQ et SOUSTONS se sont retirées de ce projet ?  … NON !

Aurait-on enquêté sur les motivations des écologistes qui ont combattu l’implantation du site à SOUSTONS ?  … NON !

 

Des interrogations sur le porteur de projet

Biome en chiffresDes interrogations sur le porteur de projet car plusieurs changements ont été présentés en Conseil municipal : une fois, il s’agit d’une association dénommée « Un cadeau pour la terre », une autre fois, il s’agit d’une SAS dénommée « LE BIOME », puis de nouveau l’association « Un cadeau pour la terre » dans la dernière délibération proposée au vote.

L’association « Un cadeau pour la terre » est basée à Rosière-en-Santerre dans la Somme… La SAS « Le Biome » est basée à Pouydesseaux dans les Landes… Justement sur le lieu même d’implantation du Biome.

Cette SAS est une structure récente, avec des comptes comptables (consultables sur internet) très inquiétants puisque d’un niveau de bilan ridicule (34 K€ de capitaleu égard à l’ambition du projet (15 Millions d'Euros - cf.ci-contre extrait du site du Biome) et avec des comptes de résultats très largement négatifs sur les deux derniers exercices…  (cf. sur internet : http://www.societe.com/societe/le-biome-531954691.html)

Bon, en période de lancement  du projet, on peut comprendre que son porteur ne roule pas sur l’or, mais quand même… Les capitaux investis semblent bien faibles par rapport à un projet qui coûtera sans doute beaucoup plus que les 15 millions d’euros annoncés. 

Aurait-on enquêté sur la solidité financière des porteurs de projet ?  … NON !

Combien de centaines de milliers d’euros ont été investis jusqu’ici et par qui ? Combien, le conseil régional et le conseil départemental ont réellement versé dans ce projet alors qu’ils sont annoncés comme mécènes par le porteur de projet ?

Aurait-on enquêté sur le « tour de table » des investisseurs dans le projet ? …NON !

Curieusement, aucun « tour de table » financier global n’a été présenté aux élus castésiens, ni sur l’ensemble du projet (le biome) ou ni même sur sa partie castésienne (le mémorial).

Bon, et puis, notre région ne manque ni d’atouts environnementaux ni, malheureusement, d’espèces locales menacées. Si la majorité municipale voulait lancer Castets dans un projet écologique (ce qui est louable bien sûr !), pourquoi ne pas avoir sollicité des associations écologiques locales, comme la SEPANSO, active dans le département depuis plus de 40 ans. Ces associations locales n’auraient-elles pas pu être consultées pour l’implantation d’une structure plus modeste qui aurait concerné la protection de la faune régionale en danger, comme l’abeille noire des landes, la rainette verte, la fauvette pitchou, etc.

 

CONCLUSION
Encore une fois, nous n’avons rien contre ce projet ambitieux sur le plan écologique ou environnemental. MAIS, le manque d’informations et l’absence d’études préalablesBaleine bleue que nous constatons dès son lancement, nous paraissent extrêmement inquiétants pour ne pas dire dangereux pour la commune.

Le maire et sa majorité municipale n’ont pas le droit d’entraîner les castésiens dans une aventure dont ils pourraient avoir à supporter les conséquences par leurs impôts. Comment peuvent-ils imaginer qu’il suffirait de mettre 10.000 € sur la table, pour qu’un projet de cette ampleur soit déployé sans que cela ne coûte rien d’autre aux castésiens ? 

Il nous semble donc qu’avant de lancer la commune dans une telle aventure, fut-elle « écologique », nous devrions faire preuve de prudence, en prenant tous les renseignements nécessaires sur les intervenants et porteurs de projet, leur solidité financière et leurs partenaires financiers. Il nous faut aussi rencontrer et discuter de ce projet avec les associations écologistes locales, avec des mairies concernées par le projet initial comme SOUSTONS. Mais surtout, il nous faut procéder à toutes les études d’impacts nécessaires (notamment financière et sanitaire) préalablement au lancement du projet. 

Nous devons étudier tout cela de près sans précipitation excessive…

A ce stade, 10.000 €  c’est déjà trop !
 


 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Manquait-on de projets écologiques, humanitaires ou sociaux ?

 

Espelosin marie claude 1 Une subvention de 10 000 € attribuée par Castets à une association originaire de la Somme pour construire une baleine bleue "grandeur nature"... 

 Manquait-on de projets écologiques, humanitaires ou sociaux à Castets ?

 Le 16 octobre dernier, lors de la séance du Conseil Municipal, un vote portait sur l'octroi d'une Baleine 1subvention de 10 000 € sous forme d'apport associatif, pour soutenir le projet d'une association originaire de la Somme visant à construire une "baleine bleue" grandeur nature...

Voici l'intervention que j'ai faite avant le vote :

« Mr le Maire,

A la lecture des documents concernant ce point, j’ai d’abord été étonnée par le fait que ce projet n’ait pas été débattu en commission Environnement et je le regrette.

Il me semble onéreux d’octroyer la somme de 10 000 € à l’association « un cadeau pour la terre ». Sur le projet de la convention, concernant les contre parties, nous pouvons lire : « l’association s’engage à réaliser sur le territoire de la Commune un mémorial du Biome  dans les conditions ultérieurement déterminées par une convention entre les parties… ». A ce jour, nous devons voter pour l’octroi d’un apport associatif d’un montant de 10 000€, sans en connaitre réellement les conditions finales. Comment avez-vous sélectionné cette association, originaire de la Somme ?

Sauver abeille noire 1 Pourquoi ne pas avoir opté pour une association implantée dans les Landes, comme la Fédération des Sociétés pour l’Etude la Protection et l’Aménagement de la Nature dans le Sud-Ouest, la SEPANSO, active depuis plus de 40 ans.

 Il aurait été tout aussi intéressant de créer une exposition avec des espèces locales ou de notre région comme l’abeille noire des Landes, espèce en voie de disparition, comme la rainette verte, espèce vulnérable, ou comme la fauvette Pitchou, espèce en déclin, faisant partie de la liste des oiseaux Fauvette pitchou 1protégés… Pourquoi ce choix ? Un diagnostic environnemental de la faune et la flore présentes dans notre village n’a-t-il pas été effectué sur la commune dans le cadre du PLU, et ne peut-il pas servir de support ?

10 000 € c’est une somme, comparativement à l’aide budgétisée au CCAS pour les familles en difficulté qui ne s’élève qu’à 2 000 € !!

Et si nous reprenons le détail de quelques subventions aux associations hors musicales et sportives, nous constatons que des associations comme l’amicale des donneurs de sang, l’amicale des pompiers, les anciens combattants, les conjoints survivants, les mutilés du travail, la prévention routière, l’association des paralysés de France totalisent moins de 2 000 € alors que d’autres associations d’aide à la personne, d’aide aux chômeurs landais, ou encore le secours populaire français ne perçoivent rien !

Ces 10 000€ ne peuvent-ils pas être redistribués à des projets humanitaires ou sociaux afin d’améliorer la situation de personnes en difficulté ou bien aux associations déjà existantes dans notre commune ?

Merci de votre attention."

 


 


 

Lire la suite

Le débat citoyen en action

Le Traité Transatlantique (TAFTA)

(TAFTA =Trans Atlantic Free Trade Agreement - PTCI = Partenariat Transatlantique sur le Commerce et l'Investissement)

Img 5314 r Le 1er juillet 2015, "Castets Solidarité" organisait une réunion d'information et de débat sur le TAFTA.

 Au nom du Collectif "STOP TAFTA 40", des intervenants du mouvement altermondialiste "ATTAC" ont projetté un film présentant ce TAFTA qui se négocie dans l'opacité la plus totale (cf. Rappel : "Qu'est ce que le TAFTA ?" en bas de cet article).

 Ils nous ont expliqué comment ce traité, qui veut inscrire le droit des multinationales au-dessus du droit des Etats, risque de bouleverser nos vies dans bien des domaines (agriculture, énergie, internet, services, ...), en démantelant toutes les normes qui limitent les profits des entreprises.

Entre 80 et 100 personnes étaient présentes à cette réunion, dont les maires de Castets et de Linxe et plusieurs élus de la majorité et de l'opposition. Merci à eux !. 

Pour mémoire, cette réunion avait pour origine une interpellation par courrier du Conseil municipal (tout entier !!!) par un Pont usa uecitoyen castésien, membre de l'association "StopTafta40". 
 
Les élus de Castets Solidarité sont les seuls à avoir lu sa lettre en Conseil... C'est parce que très très peu d'élus savaient ce qu'était le TAFTA que nous avons proposé d'organiser une réunion sur ce sujet. Le maire nous a encouragé à le faire... Et, nous l'avons fait !
 
En organisant cette réunion, la prétention de "Castets Solidarité" n'était pas d'organiser un "débat contradictoire", mais simplement de donner une information sur le TAFTA (99,9% des gens ne savent même pas ce que c'est) et bien sûr, d'entendre la voix de ceux qui nous ont interpellés.
 
Dans les invitations transmises, nous avons invité les participants à faire venir des "pro-tafta" s'ils en connaissaient. Deux élus de la majorité ont porté eux-mêmes la contradiction et c'est heureux !  Les "pro-tafta" ont pu s'exprimer abondamment et ils ne s'en sont pas privés. Ils ont été écoutés, entendus et encore une fois : c'est heureux !!!
Img 5331 r

Deux membres de la majorité municipale de Castets ont apporté leur contribution en apportant leur vision "plus libérale" de ce traité, sur la base d'arguments développés par la Commissaire Européenne en charge de ce dossier et plus particulièrement, de ceux avancés sur le site de l'ARC... Précisons ici que l'ARC est une initiative de la plus grande confédération patronale suédoise, approuvée par "Business Europe" (regroupant tous les "MEDEF" de tous les pays européens) et qui, bien évidemment, et pour cause, défend le TAFTA... "Business Europe" se trouve être le plus ardent lobbyiste contre la transition énergétique... On se demande bien pourquoi ?

Les élus de Castets Solidarité ont proposé au Conseil Municipal le vote de deux motions déclarant symboliquement Castets "hors TAFTA"  (motion 1) ou a minima "en vigilance TAFTA" (motion 2). Seules les dernières lignes diffèrent dans l'une et l'autre motion. Ces textes seront examinés lors d'un très prochain Conseil Municipal...   

 
Img 5312 r Quoiqu'il en soit, le débat a eu lieu, la contradiction a été portée  et c'est ce que nous souhaitions !
 Un grand "Merci" à nos partenaires du comité "STOP TAFTA".  
 
 Pas question pour nous de laisser le champ libre aux seuls politiques, aux seuls technocrates "initiés" ou aux seuls financiers. En effet, c'est souvent grâce aux initiatives citoyennes, de la base (comme on dit), que les choses avancent dans le sens de l'humain ! Jamais en laissant le champ libre à la finance !!!
 
 Ce n'est qu'ainsi que nous apporterons notre (belle) pierre à la construction d'un monde meilleur dans lequel l'humain prévaudra sur l'argent !
 
Attendons maintenant les textes définitifs de ce TAFTA et ce qu'en feront les multinationales !!!
A suivre...
 
Lire en complément d'information l'article de Sud-Ouest du 28 septembre 2015 :
 
 
Qu'est ce que le TAFTA ?
En 2013, l'Union Européenne et les Etats-Unis ont entamé des négociations en vue de conclure un accord de partenariat transatlantique sur le commerce et l'investissement. Si ce traité est signé, ce sera l'un des accords de libre-échange et de libéralisation de l'investissement les plus importants jamais conclus, représentant la moitié du PIB mondial et le tiers des échanges commerciaux.
 

Comptes rendus : c'est pour demain !

Gadou valerieLes comptes rendus du Conseil municipal doivent être publiés en mairie dans le délai légal de 8 jours... C'est très loin d'être le cas ! 

 Depuis le début du mandat, les comptes rendus des Conseils municipaux sont publiés avec beaucoup de retard. Compte rendu reunion conseil

 A plusieurs reprises, les élus de l'opposition ont attiré l'attention du Maire sur ces retards anormaux puisque, légalement, ces comptes rendus doivent obligatoirement être affichés en mairie dans un délai maximum de 8 jours après la tenue du Conseil municipal. Ces derniers temps, tous les records ont été battus puisque c'est jusqu'à 5 comptes rendus qui n'ont pas été publiés... Soit plus de trois mois de retard !

Lors du Conseil municipal du 27 août 2015, Valérie GADOU, conseillère municipale d'opposition est intervenue sur ce sujet :

 

"Monsieur le Maire, 

Lors du CM du 23 octobre 2014 (cf. compte rendu), vous avez mis en place une procédure pour la rédaction et la diffusion des comptes rendus du Conseil Municipal que je souhaite rappeler :

« Avant de procéder aux votes de l’ordre du jour, Monsieur le Maire propose que l’on se mette d’accord quant à la rédaction et à la diffusion du compte rendu de conseil municipal :Agenda

  • Conseil Municipal : le mercredi
  • Compte rendu établi par la secrétaire de séance : envoi le lundi au maire et à la DGS
  • Envoi aux élus : le lundi soir
  • Correction par les élus : jusqu’au jeudi soir
  • Retour des remarques au maire et à la DGS : le vendredi
  • Affichage le lundi en mairie et sur le site internet

Tout le monde se rattache à ce planning et le mettra en pratique dans la mesure du possible. »

 

Force est de constater que cette procédure n’est pas respectée à ce jour :

Post it En effet, vos services nous ont fait parvenir en date du 19 août 2015 les comptes rendus  des 06 mai 2015 et 03 juin 2015. Puis lors d’un deuxième envoi le 20 août 2015 les comptes rendus des 24 juin 2015, 30 juin 2015 et 29 juillet 2015.

 Les comptes rendus, envoyés dans les temps, il aurait été beaucoup plus facile, pour tout le monde, d’apporter des observations, des modifications ou des corrections, si besoin, sur les interventions de chacun et sur les points mis à l’ordre du jour avec des éléments encore « frais » dans l’esprit de tout le monde.

 Malheureusement, envoyer 5 comptes rendus en même temps et dans un délai pouvant aller jusqu’à 3 mois après la date de réunion, tout cela n’est vraiment pas sérieux.

 Nous comptons sur vous pour l’application de la procédure, proposée et mise en place par vos soins, Monsieur le Maire. Malheureusement tant que celle-ci ne sera pas respectée nous voterons CONTRE les comptes rendus qui nous serons envoyés."

                                                   Valérie GADOU (Conseillère municipale d'opposition)

 


 

Relais Landais : quel projet global ?

Bareyt serge retaillee 4 2 Plus de 500.000 € d'investissements non prioritaires !

 Et pour quel projet au final ? Mystère...

 

Le 27/08/2015 était proposé au Conseil Municipal une délibération pour le rachat du Relais FortuneLandais par la Commune...

 - 400.000 € pour le rachat des bâtiments "en l'état"

 - et 100.000 € supplémentaires pour réhabiliter le bâtiment (peintures, toitures, etc.).

Après une salle des fêtes qui a coûté plus d'1 million d'euros, que nous allons payer pendant des années dans nos impôts, la commune rachète le  Relais landais : "un demi million d'euros"... Pour quel projet global ? 

Lorsqu'arrivera la feuille d'impôt 2016, l'augmentation sera sans doute expliquée par la baisse des dotations de l'Etat...  Nous serons là pour rappeler aux castésiens cette grosse dépense non prioritaire

Un demi-million d'euros d'investissement sans projet d'ensemble ? 

Installer un restaurateur, bon... Mais que fera-t-on notamment, du bâtiment en cours de construction qui est derrière le restaurant et pour quels coûts supplémentaires... Mystère ! 

 

 Voici le texte de mon intervention au Conseil municipal du 27 Août 2015 :

" Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les conseillers municipaux,

Disons le tout de suite, cela ne vous étonnera pas : nous voterons « contre » la délibération qui nous est présentée ce soir concernant le rachat du Relais Landais.

D’abord, parce qu’il n’y a jamais eu de vrai débat sur ce sujet en Conseil Municipal. En effet, vous nous avez mis devant le fait accompli lors du vote du budget et pire même, nous avons appris la probabilité de la chose, présents à vos côtés sur la tribune de la salle des fêtes, lors de la présentation de vos vœux aux castésiens. Nous avons alors compris le Urgent smiley 1sens que vous donniez aux mots démocratie et information des élus.

Nous voterons contre ensuite, parce que nous considérons que cet investissement n’était absolument pas prioritaire eu égard à tout ce qu’il est urgent ou nécessaire de faire dans notre village et qui reste en souffrance.

400.000 € d’investissements pour l’achat de la structure immobilière, 80.000 € de travaux supplémentaires pour la remise en état… Sans compter la rallonge qui a été faite et dont ne connaissons pas encore le montant… Allez, disons plus de 500.000 € d’investissements, pour simplement (en l’état de notre information) installer un locataire restaurateur, au demeurant fort sympathique, dans notre village.

En l’état de notre information, sans aucune connaissance de votre projet global, nous estimons que cette acquisition est « une folie » pour ne pas dire « une hérésie » quand on sait tout ce qu’il y a à faire en urgence ici.

Alors, nous avons noté dans la délibération que vous nous présentez ce soir, je cite : « la nécessité d’acquérir le complexe de l’hôtel restaurant « Le relais landais » pour mener à bien le projet de revitalisation économique du centre-bourg ».

ProjetBon ! Vous avez donc un vrai projet concret, mais lequel ? Voilà la question !

Car, nous sommes bien d’accord, il y a bien une nécessité de revitaliser économiquement le centre-bourg. Ce point était d’ailleurs bien dans tous nos programmes électoraux, le vôtre comme les nôtres…

Mais, nous vous posons la question : quel est exactement VOTRE projet d’aujourd’hui ?

Quel rapport y a-t-il entre la nécessaire revitalisation économique du centre-bourg et le rachat, par la Commune, d’une structure immobilière comprenant un hôtel restaurant dont l’activité était d’ailleurs presque arrêtée pour des raisons qu’il n’est pas utile de préciser ici…

Plus de 500.000 € d’investissements pour finalement quoi faire [notamment dans le bâtiment en cours de construction qui est derrière]

Tantôt, vous nous dites qu’il faut attendre les résultats du Plan de référence avant de faire des investissements et tantôt, vous faites des investissements avant même la réalisation de ce Plan de référence et ce, bien sûr, en dehors de tout débat au sein du Conseil Municipal ou en commission.

Vous pratiquez avec talent l’art de l’esquive avec une argumentation à géométrie variable...Opportunite 2Opportunite

Alors, pour justifier cette acquisition, vous nous dites qu’il s’agissait d’une véritable opportunité… Mais, disant cela, de quelle opportunité parlez-vous ? Et puis, opportunité pour qui, pour quoi ?

Oh, nous imaginons sans peine que ce n’est pas uniquement pour faire plaisir au propriétaire qui essayait vainement de vendre cet ensemble depuis si longtemps. Ni même simplement pour les seuls beaux yeux de ce restaurateur qui a souhaité s’installer dans notre village…

Alors pourquoi ? Vous devez donc bien avoir un projet global ? Mais encore une fois, lequel ?

Allez-vous racheter toutes les structures immobilières dans lesquelles les commerces ont périclité ?
Allez-vous racheter les bâtiments de la boulangerie Boncoeur, de la boucherie Dupau, de la coiffeuse Jacqueline, de l’épicerie 8 à 8 de JN Mora et j’en passe bien d’autres, malheureusement… (Plaisanterie !)

Quel projetNous nous demandons bien aussi pourquoi, alors qu’il s’agissait du même propriétaire, vous n’avez pas profité de négocier en même temps (à bon prix compte tenu de leur état) le rachat des structures de la Pizzeria et de la Bodega ?

Et puis, pourquoi serait-ce une opportunité ici, tout de suite, et pas ailleurs, aujourd’hui ou plus tard ?  Qu'y avait-il de si urgent à faire ce rachat maintenant alors que ce bâtiment était en vente depuis des années et des années ?

Aucun de nos programmes électoraux n’avait même, ne serait-ce qu’avancé la proposition d’un tel investissement pour les castésiens. Il devait y avoir des raisons... Et pour quoi faire d’ailleurs ? Peut-être y aviez-vous un peu songé pendant la campagne, mais un tel projet était-il réellement porteur auprès des castésiens qui attendaient bien d’autres choses importantes et urgentes (malheureusement toujours en souffrance dans notre village).

Alors certes, nous sommes passés d’un orange très moche à un joli gris très tendance… Mais, à quel prix ?

Encore une fois, nous vous le demandons Monsieur le Maire : quel est votre projet global sur ce Relais Landais ?

En démocrate que vous êtes, vous refusez les débats d’orientation budgétaire avec les élus de la minorité qui, je vous le rappelle, sont aussi les représentants des castésiens. Non seulement, vous leur imposez vos choix sans discussion contradictoire, mais en plus, vous les privez d’information et prenez à quelques-uns, élus ou non, toutes les grandes décisions en comité restreint.

C’est votre droit, ce n’est pas notre conception de la démocratie, mais c’est votre droit. C’est vraiment regrettable car nous souhaitions (et le souhaitons toujours d’ailleurs) être une opposition constructive. C’est de la confrontation des idées que jaillit la lumière… Jamais de la force ! En cette rentrée, il ne tient qu’à vous que les choses ne changent !Bonne chance
Reste, que les castésiens eux, ont le droit de savoir pourquoi la commune investit plus de 500.000 € pour simplement, jusqu’à plus ample informé, installer un restaurateur gastronomique à Castets… Restaurateur à qui, au demeurant, nous souhaitons très sincèrement beaucoup de succès dans son entreprise castésienne !

Gageons que les castésiens auront bientôt une réponse à cette question et… nous avec eux !

M le Maire, Mesdames et Messieurs les conseillers, nous vous remercions de votre attention."

 

Voir aussi article de Sud-Ouest sur ce sujet : http://www.sudouest.fr/2015/08/31/quand-l-opposition-prend-la-parole-2109767-3337.php


 

Billet d'avion aux frais du contribuable ?

 

Espelosin marie claude 1 Voyage express en avion pour 730 € aux frais du contribuable... Juste pour aller signer chez le notaire ?

 Normalement, "Gérer, c'est prévoir", non ? 

 

Le 24 juin dernier, lors de la séance du Conseil Municipal, un vote portait sur le remboursement des frais de déplacements de Monsieur le Maire, pour un montant de 730,28 €.

Voici l'intervention que j'ai faite avant le vote :

« Mr le Maire,Avion

Le 17 avril dernier, nous avons reçu un mail de votre part, informant tous les élus de votre départ en congés. Il y est précisé que Jean Paul DEZES assurera l’intérim durant votre absence. En effet, le code général des Collectivités territoriales prévoit dans l’article L2122-17 le texte suivant : «  en cas d’absence, de suspension, de révocation ou de tout autre empêchement, le maire est provisoirement remplacé, dans la plénitude de ses fonctions, par un adjoint, dans l’ordre des nominations, et à défaut d’adjoint, par un conseiller municipal désigné par le Conseil ou, à défaut, pris dans l’ordre du tableau.

Or, d’après les justificatifs de frais de déplacement du 30 avril, la réservation pour les billets d’avion a été effectuée via le web, à la date du 16 avril, la veille de votre mail. Il est évident que ce rendez vous chez le notaire était programmé bien avant votre départ en vacances de Billets 1printemps.
Je m’interroge sur la nécessité de ce voyage. Jean Paul, qui par ailleurs signe régulièrement les actes chez le notaire, était désigné pour votre remplacement. En cas d’indisponibilité de votre premier adjoint, un autre adjoint ou élu pouvait assurer cette mission.

Monsieur le Maire, je n’ose croire que vous n’apportez pas votre confiance aux élus de votre équipe pour apposer une signature en votre nom, des élus et Laurence, DGS, qui connaissent tous les dossiers en cours à la mairie.

Sachant que la plage horaire des vols en partance de Biarritz prévoit deux vols en fin d’après midi pour Paris Orly, que pouvait motiver votre retour par l’aéroport de Mérignac, si ce n’est un hypothétique rendez vous au Conseil Régional à Bordeaux ??? Dans ce cas, ces frais de déplacement auraient dû rester à la seule charge de votre employeur, le groupe "Force Aquitaine" pour qui vous travaillez.

Je voterai contre ce remboursement de frais de déplacement d’un montant de 730,28€. Argent 1

Vous aviez connaissance de ce rendez vous depuis longue date, et vous aviez à prendre les dispositions nécessaires pour mandater un élu à ce rendez vous.

L’argent des contribuables, en l’occurrence celui des Castésiens, ne doit pas financer des voyages sans motif concret. A l’heure ou les collectivités locales doivent faire des économies, vous ne cessez de nous rappeler la baisse des dotations de l’Etat, la commune de Castets n’a pas à endosser une dépense supplémentaire qui n’est d’ailleurs pas justifiée.

Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs, les conseillers je vous remercie de votre écoute. »

Conseil municipal 1Selon Monsieur le Maire, ce voyage était "justifié". Lui seul, désigné lors d’une séance précédente, pouvait signer l’acte de vente. Sinon, il aurait fallu convoquer un nouveau Conseil Municipal, avec UN SEUL point à l’ordre du jour, afin de revoter et autoriser ainsi un autre élu à signer ce document chez le notaire…

Aussi, il nous informe que les frais de transport routier (assuré par "un membre de sa famille") entre les aéroports et Castets, ne sont pas portés sur la note de frais…..et enfin que l’acte notarié obligeant ce retour, était la vente du terrain de la clinique vétérinaire, et non un échange de terrain avec la DRT, comme indiqué sur le document délibératoire envoyé aux élu(e)s avant le Conseil.Pas content 2

Sans connaissance de ce dernier document, la majorité de Mr le Maire accorde par vote le remboursement des frais de déplacements.

Les quatre élu(e)s d’opposition ont voté contre.

« A l’impossible, nul n’est tenu »…, six jours plus tard, nous étions convoqués pour une séance du conseil municipal, avec à l’ordre du jour: UN SEUL point !

Il me reste à remercier "le membre de la famille" de monsieur le Maire d’avoir fait économiser le remboursement de ses frais personnels à la commune.

Marie-Claude ESPELOSIN

 

Voir aussi sur ce sujet l'article de Sud-Ouest : http://www.sudouest.fr/2015/06/30/une-depense-contestee-1975555-3337.php#


 

Laïcité : " N'oubliez pas Charlie ! "

Bareyt serge retaillee 4 2"N'oubliez pas CHARLIE !"

 La Laïcité est le seul rempart contre le communautarisme et ses travers...

  Par Serge BAREYT   (Conseiller municipal de CASTETS SOLIDARITE)

 

La nouvelle régie municipale des fêtes succède au défunt comité des fêtes... Pour les Laicite principe fondamentalfêtes 2015, elle a concocté un très beau programme qui ravira très certainement les castésiens.

Une ombre au tableau cependant : la régie veut se mêler de religion en organisant un office religieux catholique sous le chapiteau de la Commune sur la place du village. 

Voilà plus de 15 ou 20 ans que nous n'avions pas vu cela... Pourtant, quelques mois seulement après les attentats de CHARLIE HEBDO, la régie (organisme municipal) veut organiser un office religieux sur la place publique. Ce faisant, elle privilégierait les croyants d'une religion et écarterait tous ceux des autres religions, ainsi que les agnostiques et les non croyants.  

Images56881c7n 1Sensible à la défense et à la promotion du principe de Laïcité, je suis intervenu en Conseil municipal pour protester contre cette incursion d'une religion dans l'espace public. La religion est une affaire privée. Elle n'a rien à faire dans l'espace public.

A Castets, à Dax et ailleurs, nous étions Charlie. Il faut continuer de l’être. La défense et la promotion du principe de Laïcité n’ont jamais été aussi cruciales. La Laïcité est le seul rempart contre le communautarisme et ses travers. Notre responsabilité personnelle et collective est immense. Qu’adviendrait-il de notre vivre ensemble si nous perdions cette référence ?

VOICI LE TEXTE DE MON INTERVENTION EN CONSEIL MUNICIPAL :

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux,

Lundi 1er juin au soir, la régie des fêtes a présenté le programme des fêtes de Castets 2015. Après 7 années passées au comité des fêtes, c’est en connaisseur que je veux souligner ici la qualité du travail réalisé par toute l’équipe de la régie pour aboutir à un très beau programme qui ravira sans aucun doute tous les castésiens.

Cela dit, à ma grande surprise, j’ai pu noter dans ce programme que les organisateurs avaient prévu un office religieux catholique « en musique » le dimanche matin, en plein air, sous le chapiteau… A les en croire, ce serait une bonne idée pour attirer du monde…

En somme, la religion serait appelée à la rescousse pour pallier une hypothétique désaffection des castésiens pour la fête de leur village. Alors, je le dit tout net : même pour attirer du monde, les religions n’ont pas à être sur la place publique !

Certains d’entre vous le savent, je suis de longue date impliqué dans la défense et la promotion de la Laïcité et au demeurant vice-président de l’association « LAICITE 40 ». En 2012, à Castets, c’est en cette qualité qu’avec Jean-Pierre BEGUERY, nous avons inauguré ensemble, le « Square de la Laïcité » devant le groupe scolaire, avec le concours des enseignants et des enfants des écoles…

Tout cela pour dire que je suis très sensible sur ce sujet… Mais ne vous y trompez pas, je suis un ardent défenseur de la liberté absolue de conscience, à ce titre, je respecte profondément les croyants.

Imageso218gr20D’ailleurs, la Laïcité n’est pas antireligieuse. Au contraire ! Elle est la condition première et nécessaire pour que toutes les convictions des croyants, comme celles des non- croyants, puissent exister ensemble dans l’espace public. La Laïcité, c’est le « vivre ensemble » avec nos différences, dans le respect de ces différences ; sans jamais que l’une d’entre elles, ne dicte sa loi aux autres. Car au-dessus de nos différences, il y a ce qui nous rassemble : l’intérêt général et la République.

Or, il me semble qu’en l’occurrence, en intégrant dans le programme de ses fêtes la tenue d’un office religieux sur la place publique, la Commune (via sa régie) sort éminemment du cadre de l’intérêt général et de la République. En effet, ce faisant, elle privilégie les croyants d’une religion et écarte tous ceux des autres religions, ainsi que les agnostiques et les non croyants.

Par ailleurs, cela doit faire au moins 15 ans qu’il n’y a plus d’office religieux sur la place publique pendant les fêtes de Castets et d’après ce qu’on m’en a dit, ce serait l’évêché ou le diocèse qui aurait pris l’initiative de cette suppression, justement parce qu’il estimait alors que la place publique des fêtes n’était ni un contexte ni un endroit favorables à sa tenue. Mais là n’est pas l’essentiel.

La religion est une affaire strictement privée. Concernant le culte catholique, il existe même un bâtiment communal spécifique pour la pratique de ce culte. Pourquoi y aurait-il donc nécessité d’investir l’espace public pour une célébration religieuse…

La Laïcité n’est pas à géométrie variable… On ne peut raisonnablement pas s’opposer un jour aux prières de rues de croyants musulmans dans les rues de Paris ou d’ailleurs, et accepter, voire promouvoir, le lendemain des prières de croyants catholiques sur la place publique de Castets, qui plus est, à 10 mètres du Square de la Laïcité…

La Commune ne doit ni organiser ni faire la promotion d’un quelconque office religieux dans le programme de fêtes Img 0374 1qu’elle finance avec les impôts de tous les castésiens, croyants de toutes religions ou non croyants.

Tout cela est en totale contradiction tant avec l’esprit qu’avec la lettre de la loi du 9 décembre 1905, dite « de séparation des églises et de l’Etat ».

A ceux qui croient voir dans cet évènement « un heureux retour aux traditions ancestrales », je veux dire qu’il n’est pas toujours une finalité souhaitable… Je ne disserterai pas ici ce soir sur ce sujet. Ce n’est ni le lieu ni le moment. Et puis, il y a tradition et tradition… Il ne faut pas confondre la tradition de la course landaise ou de la course de trottinettes avec la soi-disant tradition de la fête patronale et de son office religieux catholique associé.

Je m’étais déjà insurgé ici en Conseil municipal contre l’utilisation de l’expression « fêtes patronales », héritée d’un passé bien antérieur à la loi de 1905, dans lequel toutes les fêtes étaient religieuses, à commencer par celle du village puisque, de l’adhésion de tous, celui-ci était placé sous la protection d’un « saint patron ». En ces temps-là, la seule religion qui comptait était la religion catholique, même si juifs et protestants étaient alors tolérés...

Depuis, le monde a changé. Le paysage religieux d’aujourd’hui n’est plus celui de 1905. Aux trois cultes partenaires d’alors – Catholicisme, Protestantisme et Judaïsme – s’ajoutent aujourd’hui l’Islam qui est devenu la deuxième religion du pays, avec ses divers courants internes, mais aussi, les philosophies asiatiques, principalement le Bouddhisme, les Eglises Orthodoxes ou les Eglises Evangéliques « à l’américaine ».

42 18032293Accepterions-nous d’organiser des offices pour chacune de ces religions pour respecter le principe d’Egalité si la demande nous en était faite ? Bien sûr que non ! Et nous aurions raison… Alors pourquoi vouloir le faire pour une seule religion ?

Rappelons-nous qu’aujourd’hui en France, on violente des homosexuels, on brûle des temples maçonniques, on saccage des cimetières juifs ou chrétiens, on pose des bombes au nom des dieux, on assassine à la kalachnikov pour des caricatures… et j’en passe !

Notre responsabilité personnelle et collective est immense. A Castets, à Dax et ailleurs, nous étions Charlie. Il faut continuer de l’être. La défense et la promotion du principe de Laïcité n’a jamais été aussi cruciale. Qu’adviendra de notre vivre ensemble si nous perdons cette référence ? La Laïcité est le seul rempart contre le communautarisme et ses travers.

Les législateurs de 1905, inspirés par la philosophie humaniste des Lumières, ont gravé dans le marbre, ce pacte républicain fondé sur la séparation des Eglises et l’Etat, fixant l’idée que ce qui relevait de la religion était d’ordre privé et que l’espace public, tout comme l’autorité publique et ses représentants, devaient rester neutres en toutes circonstances.Imagesq01uu97p

Or, si la Commune organise un office religieux quelconque dans l’espace public ou ailleurs, elle ne respecte pas cette neutralité à laquelle elle doit s’astreindre.

Non, les fêtes de Castets sont comme leur nom l’indique : les fêtes de notre village, les fêtes de tous les castésiens, croyants de toutes religions, agnostiques ou non croyants et certainement plus les fêtes d’un « saint patron » catholique.

Monsieur le Maire, je vous appelle à la raison. Ne permettez à personne d’allumer une mèche qui immanquablement placerait Castets au centre d’un débat public qui dépasserait largement les frontières de notre Commune. Car débat public il y aurait, soyez en sûr…

En tant que premier magistrat de la Commune, vous vous devez de faire respecter l’ordre républicain. Or, permettre à notre régie communale d’organiser un office religieux dans l’espace public, c’est la négation de la neutralité de la puissance publique que vous représentez, c’est la négation de l’intérêt général et donc celle de la République. L’ordre républicain passe par l’application stricte du principe de Laïcité.

Les affiches et les programmes ne sont pas encore imprimés... Il est donc encore temps… Alors, Monsieur le Maire, je vous le demande solennellement : n’oubliez pas Charlie ! Faites supprimer du programme de nos fêtes l’organisation de cet office religieux qui n’a rien à y faire...

Victor hugo 1Et pour conclure, permettez-moi de reprendre la fameuse phrase de Victor Hugo (qui était croyant il faut le rappeler), prononcée en 1850 (soit 55 ans avant la loi de 1905) :


« En un mot, je veux l’Eglise chez elle et l’Etat chez lui »…

 

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux, je vous remercie de votre attention.



 

Budget 2015 : Pourquoi avons-nous voté "CONTRE" ?

  Bareyt serge retaillee 4 2Réfection de la Rue Ste Hélène :  

 Ce n'est pas encore pour cette année !

  Par Serge BAREYT   (Conseiller municipal de CASTETS SOLIDARITE)

 

Budget 2015 loupe

Comme je l'évoquais dans mon précédent billet "Osez le débat démocratique !", il n'y a eu aucun débat en Conseil Municipal pour préparer le budget 2015. La majorité municipale (ou plutôt, un comité restreint de ses élus), a concocté ce budget avec des investissements lourds... très lourds... (voyez les montants ci-dessous !).

Ces investissements ne nous semblent "pas tous" correspondre (pour le moins), ni aux urgences de mise en oeuvre, ni aux attentes prioritaires des castésiens... 

Le "Dormez braves gens..." n'est pas un mode de gouvernance acceptable. Nous sommes pour une DEMOCRATIE PARTICIPATIVE et nous pensons donc qu'à défaut de pouvoir arbitrer les projets proposés, les Presse ne pas avalercastésiens doivent être au moins bien informés des options retenues...

Les médias "officiels" que sont "Sud-Ouest" et le "Journal de Castets", ne font que mettre en valeur les choix de la majorité sans jamais rendre compte des positions, propositions ou objections de l'opposition. Notre expression y étant "minimale" (dans l'un) et "complètement interdite" dans l'autre (voir l'article "La tribune censurée"), je vous livre ici "une autre" information, moins "officielle", sur les raisons pour lesquelles nous avons voté "contre" le budget 2015.

 

Voici donc le texte de mon intervention au Conseil municipal du 14 avril 2015.  

 

" M. le Maire, Mmes et MM. les Conseillers municipaux,

Nous allons voter "CONTRE" votre budget pour des raisons de forme et des raisons de fond :

Democratie locale et bandeSur la forme : (voir article « Osez le débat démocratique »)
Vous n’avez pas organisé de débat d’orientation budgétaire qui nous aurait permis de débattre des priorités et d’exprimer nos points de vue. Certes, ce débat n’est pas obligatoire dans les petites communes, mais vous auriez pu tout de même l’organiser puisque nous vous l’avions demandé.
Même en commission finances, organisée quelques jours avant le vote, nous n’avons pu que constater les choix que vous aviez déjà faits par ailleurs, en tout petit comité, sans pouvoir en débattre avec vous pour éventuellement influer sur le contenu.

Sur le fond :
Nous avons constaté que vous avez supprimé du budget votre projet de "Halte nautique" qui semble être définitivement tombé à l’eau ;-)) au moins dans sa forme originelle mais aussi, si l’on en croit la rumeur, dans le lieu même d’implantation… Sage décision ! C’est heureux d’ailleurs, car il s’agissait d’un projet pharaonique de près d’un million d’euros avec la maison des associations. Or, après le gouffre financier de la réfection de la salle des fêtes pour plus d’un million d’euros, vous prépariez avec ce projet une nouvelle dérive financière pour notre commune… Vous nous dites aujourd’hui, que ce projet est simplement différé et que son coût sera nettement moins élevé. C’est heureux et nous en avons pris bonne note !

RIEN donc cette année dans votre budget pour la « maison des associations » qui était pourtant une priorité exprimée dans les projets des 3 listes en présence aux municipales de 2014.

RIEN NON PLUS dans votre budget concernant la « réfection de la rue Ste Hélène » et plus particulièrement celle des trottoirs qui étaient pourtant la priorité n°1 de tous les projets de la campagne des municipales de 2014.
Urgent smiley
En revanche, vous vous lancez dans la réfection de la route d’Uza avec un projet de création de passerelle sur pilotis pour permettre la circulation des piétons et cyclistes derrière les platanes. Un projet qui dépassera les 300.000 euros… qui ne rentrera pas dans le « 1% paysage » (financé par l’A63). La charge sera donc supportée intégralement par la Commune. D'ailleurs, nous ne discutons pas de son utilité, mais était-ce vraiment si urgent pour que vous lanciez d’ores et déjà les appels d’offres dès le début 2015 ?

Car les projets « urgents » étaient déjà nombreux :

- Entrée de ville - 1% paysage, co-financé à 50% par la Commune (et 50% par l’A63) et sur lequel nous étions d’accord. La charge correspondante était déjà lourde 300 à 400.000 euros pour la commune.
- Révision des éclairages à Maïtena 23.700 euros, Route d’UZA 33.350 euros, à l’Adoue 22.000 euros. Total éclairages : env. 80.000 euros. C’était nécessaire, nous en sommes d’accord.
- Changement de la chaudière de l’Eglise 25.000 euros,
- Construction d’un bureau pour la Gendarmerie 60.000 euros,
- Réfection complète de toute la signalétique de la Commune (tous les panneaux directionnels ou de signalisation) pour 50.000 euros… Etait-ce si urgent ?
- Dévoiement de la Route de Maïtena pour permettre l’installation d’Intermarché / Maïtena, un projet pour lequel nous allons faire l’avance de 500.000 euros sur 2 ou 3 ans, en attendant de recevoir la Taxe d’aménagement…
Neurisse 50
Avec tout cela (entre 1,3 et 1,4 million d'euros), nous aurions peut-être pu faire une pause, histoire de réduire un peu notre dette et/ou d’amortir les baisses de dotation auxquelles sont confrontées toutes les collectivités locales.

Mais non, comme Castets est une commune "riche" :

- Vous achetez la maison Neurisse (ex. cabinet médical du Dr Tordjman) 140.000 euros… Pour en faire quoi ? Vous n'en dites rien !
- Ensuite, vous achetez des terrains dans la rue des chevreuils 30.000 euros… Juste pour régler un problème d'alignement et pour les revendre aussitôt après, paraît-il !
- Vous achetez aussi la maison de la sœur religieuse pour 65.000 euros… Pour quel projet ? Vous n'en dites rien !
 

Relais double 25- Et puis, vous achetez le Relais Landais 400.000 euros, sans aucun projet sur le bâtiment dont la construction est en souffrance depuis de nombreuses années...
- A ces 400.000 euros, vous prévoyez d’ajouter 80.000 euros supplémentaires pour remettre le bâtiment jaune « en état », sans toucher aucunement au bâtiment inachevé situé derrière… Tout cela, juste pour y installer de façon « provisoire » un locataire restaurateur gastronomique qui, dit-on, n’aurait déjà qu’une hâte, c’est d’aller construire son futur restaurant sur le terrain d’en face...

« Des opportunités à saisir immédiatement », dites-vous ?

Nous n’en sommes pas si sûrs, eu égard au nombre d’années durant lesquelles ce Relais Landais est resté « à vendre » dans un bien triste état pour l’image de notre commune, sans que personne n'ait jamais souhaité l’acquérir jusqu'ici !

Bref, soit 715.000 euros d'investissements supplémentaires, soit  un total de plus de 2 millions d'euros...

 

CampingVenduAlors certes, vous équilibrez votre budget, mais... en vendant des bijoux de famille, en l'occurence : le camping, pour 900.000 euros. Compte tenu de sa perte annuelle récurrente de 100.000 euros, nous ne pouvons pas vous donner tort de vouloir en stopper l’exploitation. De là à le vendre, il y a une marge, non ?

Nous estimons en effet que nous (la Commune) n’avons pas suffisamment réfléchi à ce que nous pourrions faire de ce site et encore moins à une politique plus globale du tourisme sur Castets. Peut-être aurait-on pu aussi s’interroger sur l’opportunité d’utiliser cette vente pour réduire notre importante dette communale.

Le rachat du Relais Landais n’était absolument pas une priorité d’investissement souhaitée par les castésiens. Aucun de nos programmes n’en a parlé pendant la campagne des municipales...

Alors, la conséquence de tout cela, c'est que les castésiens attendront encore quelques années de plus la réfection de la rue Ste Hélène qui, elle, leur a été promise depuis plus de 15 ans et qui, elle, était effectivement la priorité n°1 de tous les programmes des différentes listes.

Pour toutes ces raisons, nous voterons donc « CONTRE » le projet de budget que vous nous présentez ce soir.

 

M. le Maire, Mmes et MM. les Conseillers municipaux,
Je vous remercie de votre attention.


 

Incident avec un élu de l'opposition au Conseil du 14 avril 2015

Bareyt serge retaillee 4 2  Un élu de l'opposition réduit au silence !

 Par Serge BAREYT

  Conseiller municipal CASTETS SOLIDARITE

 

Incident au Conseil municipal du 14 avril 2015 : 

Sébastien CAMIN, élu d'opposition, a été réduit au silence par le maire, avec interdiction de s'exprimer et de voter, parce qu'il est arrivé 5 minutes en retard au Conseil... Elus d opposition bafoues et blanc

Outre le fait que c'était peu courtois vis à vis d'un Conseiller municipal élu par les citoyens castésiens, cette privation de parole et de vote était ILLEGALE !

En effet, la loi précise que le quorum s'apprécie au moment du vote de chacun des points de l'ordre du jour et non en début de séance du Conseil... Sébastien CAMIN, même arrivé en retard, aurait donc pu s'exprimer et voter sur tous les points prévus à l'ordre du jour abordés après son arrivée.

Lors du conseil municipal du 3 mai, le maire a reconnu avoir eu tort et a, en conséquence, autorisé Sébastien CAMIN à s'exprimer sur cet incident et sur le budget 2015 comme il aurait souhaité le faire le 14 avril...

Comme vous ne trouverez, ni dans Sud-Ouest ni dans le journal de Castets, la moindre allusion à ses propos, nous nous en faisons l'écho avec son accord. Voici donc le texte de son intervention du 3 mai 2015 :  

 

Camin sebastien et blancJe tiens juste à vous dire, mesdames et messieurs les conseillers municipaux, que c’est avec une immense colère et un sentiment profond de dénégation voire d’exclusion que j’ai vécu la  dernière séance du conseil municipal.

En raison de mes 5 ou 10 minutes de retard, vous m’avez sommé de ne pas participer aux votes car ce sont les lois qui le veulent. Vous m’avez sommé de ne pas prendre la parole, car ce sont les lois qui le veulent.

Vous m’auriez même mis sur le banc du public si je vous avais écoutés…En 1789, vous m’auriez fait couper la tête je pense.

Non pas que je n’aurais pas souhaité être assis à côté des personnes du public d’ailleurs… , mais tout simplement parce que la loi ne dit pas qu’un élu en retard  doit s’asseoir dans le public, comme elle ne dit pas qu’un élu en retard ne doit pas prendre la parole, comme elle ne dit pas qu’un élu en retard ne doit pas prendre part au vote.    

Je ne peux pas croire que mon retard fut pour vous l’opportunité de couper la parole et d’interdire le droit de vote à un élu de votre conseil municipal, ceci à l’occasion du vote le plus important de l’année : le budget de la commune. 

Je ne peux pas croire en cela.

Les textes disent que chaque point à l’ordre du jour qui mérite une délibération doit susciter le calcul du quorum. Les textes n’excluent pas un conseiller municipal qui arrive en retard.

Votre méconnaissance des textes, monsieur le premier magistrat de la commune de Castets, et votre méconnaissance des textes mesdames et messieurs les élus de la majorité ainsi que votre prise de position abusive et illégale m’ont mis dans une situation difficile, un dilemme important compte tenu du fait que la délibération est publique et que Monsieur Dupin, notre correspondant local de la presse, n’a pas jugé bon de vérifier les textes de loi qui vous ont permis de me « mettre sur la touche » et a publié illico le « retard de Sébastien Camin ».

3 solutions se sont offertes à moi :

  • Procéder à un recours au tribunal administratif.

  • Faire annuler la séance du conseil municipal du 14 avril 2015.

  • Réhabiliter mon vote, en entente constructive avec vous, bien sûr je m’assiérai sur les commentaires que je devais faire lors de la réunion du Conseil Municipal.

Comme nous vous l’avons toujours spécifié, Valérie Gadou et moi-même, les élections municipales sont passées depuis longtemps, il est temps aujourd’hui d’avancer avec tous les Castésiens dans le même sens, si vous le souhaitez.

Il est temps pour vous d’enterrer la hache de guerre et de cesser de mettre vos élus de l’opposition dans des situations délicates, en ne les informant pas des décisions que vous prenez ou en ne les informant pas des orientations que vous prenez pour notre commune ou en leur dissimulant la tenue des réunions etc… il en va de l’exercice de la démocratie locale et de la crédibilité des élus. La démocratie française ne souffre que trop de l’image négative que certains politiques véhiculent auprès des citoyens, ne soyez plus un de ses mauvais ambassadeurs auprès des Castésiens.    

Je crois encore à une éventuelle collaboration entre nous.   

C’est pourquoi, je fais le choix de vous demander de réhabiliter mon vote « à l’amiable », sans passer par des procédures qui pourraient être longues et ne feraient qu’alimenter le clivage.

Monsieur le Maire, je vous ai téléphoné quelques jours après la réunion du conseil municipal du 14 avril pour vous exprimer mon mécontentement quant au déroulement de cette séance et je vous ai exprimé mon souhait. J’ai également dit que je prendrai la parole lors du prochain conseil municipal.

Vous m’avez entendu, en atteste l’ordre du jour de ce conseil municipal. J’espère que cette prise de conscience annonce les prémices d’une entente et d’un apaisement que nous souhaitons tous, je l’espère.

 

Concernant les budgets pour lesquels je n’ai pas pu m’exprimer pour les raisons précédemment citées,  je rajouterai, au même titre que Valérie Gadou, que nous nous associons aux remarques faites par Monsieur Bareyt et Madame Espelosin lors de cette séance du Conseil Municipal du 14 avril 2015. [ndlr : cf. articles Budget 2015 : Pourquoi avons-nous voté "CONTRE" ? et Budget 2015 : Il était où le débat ? ]

Je regrette fortement le manque de concertation et l’absence de débat d’orientation budgétaire. Certaines orientations que vous avez prises me paraissent dénuées de sens et vont à l’encontre de l’intérêt des Castésiens.

  1. La vente du camping, principal pôle touristique du village, aurait dû bénéficier d’un débat.  Je l’aurais pensé soit plutôt en d’autres lieux et sous une autre forme de gestion. Mais vous l’avez souhaité ainsi.
  2. Quid de l’avenir de la rue Sainte-Hélène ? Aucune ligne n’apparaît dans le budget 2015.  Il s’agissait pourtant de la priorité du programme électoral de votre équipe. 
  3. Le montant exorbitant du prix d’achat du  restaurant « Le relais landais » me questionne - 450 000€ + 80 000 € pour les travaux + 4700 € pour les diagnostics et les études techniques, et pour quel projet ?
  4. La passerelle et la piste cyclable route d’Uza. Est-ce une priorité au détriment de la rue Sainte-Hélène ? 300 000€ entièrement financés par la commune. 
  5. Achat de la maison de sœur François Xavier pour 65 000 €, achat de la maison Neurisse pour 140 000 €. 
  6. Quid de la maison des associations ? aucune ligne au budget et pourtant ce projet vous tenez à cœur.

 

Ce débat d’orientation budgétaire qui n’a pas eu lieu aurait pu recentrer les investissements et les projets pour notre commune, vers une cohérence de pensée et d’engagement pris auprès de la population castésienne, cet engagement même que vous avez formalisé dans votre projet électoral. Pour l’heure, vos priorités se sont éparpillées et semblent avoir perdu leur sens.

Vous semblez avancer au gré du vent, une grande partie des engagements que vous aviez pris avant votre élection s’est envolée !

Monsieur le maire, mesdames et messieurs les conseillers municipaux, je vous remercie de votre écoute.


   

Budget 2015 : Il était où le débat ?

 Bareyt serge retaillee 4 2

 Osez le débat démocratique !

  Par Serge BAREYT

  Conseiller municipal CASTETS SOLIDARITE

Democratie

 

Kant appelait cela " l'usage public de la raison "...

Depuis le siècle des Lumières, chacun sait que c'est du débat public, ouvert, contradictoire, enrichi de la libre discussion, que se fait le cheminement vers la clarté ou vers la lumière.

Comme l’étincelle qui jaillit au choc de deux silex, c’est au choc, à la confrontation des idées que jaillit la lumière… Cela s'appelle le débat démocratique !

C’est en 1982 que, dans sa grande sagesse, le législateur a imposé l’obligation d’organiser un débat sur les orientations du budget dans les départements. Puis, avec la loi du 6 février 1992, il a étendu aux communes de plus de 3500 habitants, l’obligation d’organiser ce DOB, dans les deux mois qui précèdent l’examen du budget en Conseil municipal.

Mais à quoi sert le DOB ?  "Il a vocation à éclairer le vote des élus sur le budget de la Commune. Son organisation constitue une formalité substantielle destinée à préparer le débat budgétaire et à donner aux conseillers municipaux, en temps utiles, les informations nécessaires pour les mettre à même d'exercer effectivement leur pouvoir de décision à l'occasion du vote du budget." (cf. TA Nice, 19 janvier 2007).

Le DOB est donc très utile pour les conseillers municipaux.. dans les communes de plus de 3500 habitants ! 

Et dans les communes comme Castets (moins de 3500 habitants), me direz-vous, quelle est la situation ? Eh bien, par la loi du 17 mai 2013, dans un souci de les faire accéder à une plus grande démocratie, le législateur a étendu à ces communes la représentation proportionnelle de l’opposition dans les Conseils municipaux. En 2014, c’était donc la première fois que l’opposition était représentée "à la proportionnelle" dans le Conseil municipal de Castets... Malheureusement, comme cela arrive quelquefois, le législateur a oublié d’étendre à ces communes l’obligation d’organiser un DOB... Nous arrivons donc à ce paradoxe : l’opposition est représentée dans le Conseil municipal de Castets, mais elle est privée de débat démocratique !

Les élus de l’opposition des petites communes ne méritent-ils pas la même considération démocratique que ceux des communes de plus de 3500 habitants ? Et les citoyens qu’ils représentent, seraient-ils des citoyens de seconde zone, des citoyens au rabais, pour qu’ils soient privés de participer au débat démocratique par la voix des élus qui les représentent ?

Alors, nous avons pensé qu’en demandant à notre maire l’organisation d’un débat d’orientation budgétaire (DOB), il mettrait un point d’honneur (en tant que "démocrate"...) à accéder à notre demande… « Notre commune est trop petite ! », nous a-t’ il répondu. Naïfs que nous étions !

Castets, « commune trop petite » pour la démocratie ? Etonnant, non ?

Quand au moment de l’examen du budget en Conseil municipal, nous avons publiquement regretté l’absence de DOB, le maire estimé que nous avions suffisamment pu nous exprimer en commission finances

Ah, justement, parlons-en de la commission finances… Un maire « en campagne » pour les élections départementales, ça chamboule tous les plannings ! Alors, malgré tous les efforts déployés par la Directrice Générale des Services qui y aura passé tout son week-end de Pâques, les différents budgets n’ont pu être « présentés » en Commission finances que 72 heures avant le vote en Conseil municipal… Je dis bien « présentés », car les élus de l’opposition n’ont pu que « prendre connaissance » à la commission finances de choix budgétaires déjà préparés « ailleurs », en catimini, par le comité restreint des quelques élus décideurs de la majorité… Impossible donc, pour nos élus de Democratie locale 1discuter et encore moins d’influer sur les choix déjà faits préalablement.

Alors, tout serait négatif ? …Non ! Pas tout… Car il faut le reconnaître et le dire, des informations ont bien été communiquées à la commission… 40 pages de comptabilité publique à étudier en 72 heures… Complétées et modifiées la veille, puis le jour même du vote… Etait-ce un délai suffisant pour nous permettre d’analyser sérieusement tous les budgets pour pouvoir nous prononcer dans de bonnes conditions ? Nous ne le pensons pas !

Dans ces conditions, irrespectueuses tant pour le travail du personnel municipal que pour celui des élus de l’opposition, comment aurait fait le maire pour organiser un DOB deux mois avant le Conseil municipal (comme le précise la loi pour les communes de plus de 3500 habitants) ?

Contrairement à lui, nous pensons que les mots « information » et « démocratie » n’ont la même signification... Certes l’information est une condition nécessaire à la démocratie, mais cette condition n’est pas suffisante. Il faut un minimum de temps et… DU DEBAT ! Il ne peut en effet y avoir de démocratie sans véritable débat, sans réel partage ou échange d’idées, dans le respect de l’autre, de sa dignité et de sa différence…

A méditer pour le budget de l’année prochaine !


 

Chers... déchets verts et... chers... encombrants !

 

 

 Espelosin marie claude 1Le ramassage gratuit des déchets verts et des encombrants, c'est FINI !

 Il faut payer maintenant !

  Par Marie-Claude ESPELOSIN  (Conseillère municipale CASTETS SOLIDARITE)

Dechets verts

En novembre dernier, le maire et sa majorité ont voté la suppression de la gratuité du ramassage des déchets verts et des encombrants. Depuis le 1er janvier 2015, ce service est donc devenu payant.

En opposition lors du conseil municipal, nous (les élus de CASTETS SOLIDARITE) avons voté "CONTRE" cette délibération. Nous y voyons une atteinte à la solidarité et une régression du service public. En effet, cette décision pénalise une population sans moyen matériel (véhicule, remorque,...) pour se rendre à la déchetterie. Elle pénalise aussi les personnes âgées et les plus démunis...

Depuis les années 80, la politique de la commune a privilégié les logements individuels, en lotissement, avec des terrains à entretenir. Nous constatons que le maire et sa majorité restent sourds aux besoins des castésiens. Nous sommes loin des promesses de campagne où le candidat Philippe Mouhel affirmait son intérêt pour ses concitoyens et son souhait d’en améliorer le quotidien "sans oublier personne" !

Rendre payant un service public jusqu’ici gratuit, c’est une taxe supplémentaire pour les Castésiens. Pour un maire qui se vante de ne pas avoir augmenté les impôts sur sa commune, n’est ce pas un moyen détourné de banaliser un impôt supplémentaire ?

Nous pensons que OUI !

Marie-Claude ESPELOSIN

Un Plan de référence pour Castets

 Bareyt serge retaillee 4 2 Quel avenir pour Castets

  Par Serge BAREYTUrbanisme

  Conseiller municipal CASTETS SOLIDARITE

 

La Commune de Castets vient de lancer la réalisation d’un « plan de référence » dans le cadre de son projet « Inventons Castets demain ».

 Les élus de « Castets Solidarité », Serge BAREYT et Marie-Claude ESPELOSIN, ont soutenu le principe de cette démarche.

 

Qu’est-ce qu'un « Plan de Référence » ?

Le plan de référence est un document qui a vocation à définir une « vision » de Castets à 10/15 ans. Il s’agit d’un document cartographique synthétique, de caractère prospectif, qui reflète la stratégie et les objectifs à atteindre en fin de période, à partir des données issues des inventaires patrimoniaux et de l’analyse socio-économique.

A la différence du plan local d’urbanisme (PLU), il n’est ni obligatoire ni contraignant, et bénéficie d’une grande latitude de réflexion puisqu’il intègre tous les champs politiques : environnement, circulation, culture, tourisme, urbanisme, équipements publics...

Grenelle2DurablePour ce faire, le plan doit répondre aux exigences des lois SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain), ALUR (pour l’Accès au Logement et Urbanisme Rénové) et au Grenelle de l’environnement.

Dans les grandes lignes, il s’agit de préserver le littoral, de reconquérir la qualité des eaux, de préserver l’environnement et les paysages, de gérer l’espace de manière économe tout en satisfaisant les besoins en matière d’habitat et de mixité sociale, de mettre en place un développement durable et respectueux de l’environnement, …

L’objectif de ce plan de référence est de bâtir un projet de ville transversal et cohérent qui devra être décliné sous forme de fiches d’actions précisant le phasage et les moyens à mettre en œuvre pour la réalisation concrète de cette « vision » du Castets de futur.

Une fois réfléchie, partagée, négociée et définie avec les différents intervenants concernés (élus, techniciens, population,…), cette « vision » du Castets du futur sera fixée sur un document (le « plan ») qui servira de « référence » aux futurs développements de la Commune.

L’élaboration de ce plan de référence se fera sur une durée d’environ six mois. Il devrait donc être terminé pour Août 2015... Ne disposant pas en interne des compétences en urbanisme indispensables pour sa réalisation, la Commune a décidé de faire appel à un cabinet d’urbanistes spécialisé, pour une mission qui lui coûtera un peu plus de 50.000 €.


 

Urbaniste Choisir un cabinet d’urbanistes pour accompagner la Commune 

 Le choix du cabinet d’urbanistes a été fait en Conseil Municipal le 20 février dernier.

 Pour faire son choix, la commune avait demandé aux trois meilleurs cabinets retenus dans la première phase de sélection, de présenter un projet basé sur un « premier regard » sur Castets.

 

 

Après avoir visité le village en 3 ou 4 heures, les cabinets devaient constituer un dossier dans lequel ils exprimeraient leurs impressions (« premier regard ») et proposeraient une première « vision » de l’avenir du village sur 6 sujets différents qui constituaient le « cahier des charges » :

  • a) Requalification de la rue Ste Hélène
  • b) Développement des services quartier mairie
  • c) Mise en valeur du centre historique et intégration du pôle sportif et du camping dans le centre bourg
  • d) Améliorations des liaisons
  • e) Développement économique de la zone d’activités
  • f) Création de services et renforcement des infrastructures au niveau de la zone d’activités

Les trois cabinets ont joué le jeu et ont présenté des projets très intéressants mettant en valeur leurs savoir-faire et leurs compétences en même temps qu’une première esquisse de leur « vision » du Castets de demain. Du beau travail !


 

Plan de reference metm 1

Quel cabinet préférions-nous ?

Le cabinet finalement retenu n’est pas celui qui avait notre préférence… Quant à nous (les quatre élus de l’opposition, rejoints par deux élus de la majorité particulièrement sensibles à la préservation de l’environnement), avions porté notre choix sur le cabinet « Michel et Miquel » pour différentes raisons :

  • Une meilleure approche environnementale mettant en avant nos atouts avec une grande sensibilité évidente, respectant l’environnement et les habitants.
  • Un travail de qualité sur leur grand U établissant le contact entre ville habitat et ville travail,
  • Des espaces mixtes commerces, services, fédérateurs pour les habitants et les entreprises, sans destruction de l’existant et en respectant l’environnement,
  • Un projet intéressant concernant le contournement de Castets par le sud au niveau de Maïtena (bien préférable à d’autres projets loufoques ou destructeurs).

Enfin, nous avons été particulièrement séduits par leur démarche de « démocratie directe » et leur approche « sensible et participative » qui, avec des visites accompagnées quartier par quartier, permettait une expression libre des participants, en rassemblant élus, techniciens et représentants des habitants et des commerçants, pour déterminer ensemble les points forts et les points faibles à améliorer.

Au-delà des compétences certaines de ce cabinet, c’est bien cette démarche associant directement la population à la réalisation de ce plan de référence qui a séduit les défenseurs de la « démocratie participative » que nous sommes.


 

 Lequel a finalement été choisi ?Plan de reference

 Pourtant, c’est finalement le cabinet « Torres Bonneron », qui a été retenu par le Conseil Municipal sur proposition du « groupe des 6 décideurs (voir plus loin) »…

 Déçus bien sûr, mais pas très inquiets car, de l’avis du conseil extérieur de la commune, Marc DUBOSC, du CAUE 40 (Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement des Landes) qui a assisté aux auditions des candidats : « Quel que soit le cabinet que vous retiendrez, ce sont tous les trois d’excellents cabinets. Vous n’avez donc rien à craindre. ». Nous voilà rassurés !

Nous avons cependant trouvé pour le moins « surprenant » que le cabinet retenu (Torres Bonneron) ait obtenu la meilleure note pour « la requalification de la rue Ste Hélène » (cf. point a) du cahier des charges).

En effet, selon lui, « il faut qu’il se passe quelque chose d’important à ce rond-point » pour requalifier cette rue. Alors, il propose pour cela de faire partir la déviation poids lourds (tant souhaitée par les Castésiens) à partir du rond-point l’entrée de Castets (rond-point de Bitche). « Surprenant », en effet, quand on sait que cette lumineuse idée a pour corollaire de faire arriver les poids lourds par les rues de Juston et de la Poterie, actuellement interdites à la circulation des véhicules !

Bon… A sa décharge, il ne s’agissait que d’un « premier regard »… Nul doute que son « second regard » lui permettra de voir les panneaux de signalisation interdisant la circulation des poids lourds sur cet axe et d’en comprendre les raisons !

Cela dit, beaucoup d’autres points de son « premier regard » sont intéressants. Nous aurons le temps d’en débattre avec lui et d’y revenir ici au cours des six prochains mois. 

Pour conclure, nous croisons les doigts (pour conjurer le mauvais sort) afin que le cabinet retenu par les «  6 décideurs (voir ci-après) » soit à la hauteur de notre précieux patrimoine environnemental et pour qu’il n’oublie pas d’associer tous les élus et la population à cette démarche qui concerne l’avenir de notre village et de ses habitants.


 

Parlons maintenant de la méthode...Discours sur la methode

 

Plus que sur le choix du cabinet, c’est davantage sur le plan de la méthode que nos élus ont eu quelques difficultés avec la majorité. En effet, tout d’abord, nous avons regretté que le cahier des charges remis aux candidats n’ait pas été préparé et discuté en commission urbanisme.

Par ailleurs, il n’y a eu qu’une seule réunion de la commission urbanisme sur ce sujet important. C’était très nettement insuffisant, d’autant qu’en tout début de séance de cette unique réunion, un document appelé « jugement d’attribution de marché » a été distribué aux élus, présentant un choix (déjà justifié par écrit) de l’un des trois cabinets en compétition.

 


 

L’information des élus, c’est bien…  

Mais avec un minimum de démocratie, c’est mieux !

Nous pensions que la commission urbanisme servait au débat et non à la présentation d'un choix déjà fait dans d'autres lieux (plus privés), par un « groupe de 6 décideurs » composé de 3 élus  (dont le maire, le premier adjoint, le conseiller chargé de l’urbanisme) et de 3 fonctionnaires (dont la directrice générale des services, le responsable des services techniques et la responsable des marchés publics). Fausse démocratie !  

A quoi sert la commission urbanisme si le débat démocratique qui devrait normalement s'y tenir se trouve faussé par l'expression préalable d'un choix déjà fait ailleurs ? Comment débattre librement en commission quand "le groupe des 6 décideurs" a déjà tout décidé ?

Malheureusement, le débat ayant été faussé, il n’y a eu aucun vote en commission et donc aucun avis émis par la commission urbanisme pour éclairer le choix des membres du Conseil Municipal.

Cela dit, il y a pas que des points négatifs dans la méthode. Nous avons constaté de vrais progrès... En effet, les dossiers réalisés par les 3 cabinets ont été adressés pour étude à tous les élus (y compris ceux de l’opposition), près d’une semaine avant la réunion de la commission. Nous avons même pu visionner les vidéos réalisées pendant les auditions des cabinets. Ce degré d'information est suffisamment rare pour vouloir le signaler ici. 


 

Bref, si nous devions noter la méthode, voilà ce que nous dirions :

- 8/10 pour la Communication des informations aux élus  Pouce en haut 

  0/10 pour la DémocratieDemocratie 0 sur 10 dans la « commission urbanisme ».Pouce en bas

Appréciation générale : "Peut faire beaucoup mieux avec un peu de bonne volonté !" 


 

La tribune censurée

Liberte expression 3 Démocrate ou censeur ? 

 La tribune libre de l'opposition dans le journal municipal...  

Promise par le candidat, aussitôt supprimée par le maire "démocrate" !

 

  

Voici le texte "hyper sulfureux" que les élus de CASTETS SOLIDARITE souhaitaient voir publié dans le journal municipal de Castets en septembre 2014.  Censure

 

" Tribune libre de Marie-Claude ESPELOSIN et Serge BAREYT  (Castets Solidarité)

Six mois que ce mandat a débuté. Après des défauts de communication sur le budget, nous constatons encore au fil des séances que des documents nécessaires à la préparation du conseil municipal ne nous sont pas transmis ou tardivement, nous avons le sentiment d’être écartés de plusieurs réunions.

Néanmoins, nous travaillons pour faire entendre nos orientations. Notre commune a besoin de tous si elle veut améliorer le cadre de vie de ses habitants. L'ère du travail en commun doit s'ouvrir sans arrière pensée ni calcul.

Un point fort sera l'élaboration du Plan Local d'Urbanisme, document de planification urbaine de la ville, et outil indispensable au bon développement de la localité. Il définira des espaces de vie et d'activités économiques. Le retard de l'élaboration du PLU a manifestement pénalisé le développement industriel, faute de terrains disponibles pour accueillir de nouvelles entreprises.

Nous travaillerons à une évolution équilibrée de notre commune tant d'un point industriel que touristique, à l'écoute de nos habitants en matière de logements, à la protection et valorisation de notre environnement. L'élaboration du PLU prévoit la consultation et l'avis des Castésiens. Essayons collectivement d'être au rendez vous, afin que chacun, à la place qu'il occupe, contribue à une orientation réfléchie de notre village et par un travail commun ouvrir des perspectives positives pour notre territoire. Voltaire rouge

Avec Vous, nous nous y emploierons. " (fin de la tribune)

 FrCensure 1anchement, y avait-il quelque chose dans ce texte qui permette de justifier la suppression définitive de toutes les tribunes libres de l'opposition ?

 Le journal municipal n'est pas la propriété de la majorité municipale. Il appartient à tous les castésiens.  

 La démocratie ne peut avancer qu'avec la libre expression de l'opposition dans le journal municipal.


 

"Tribune libre" : Le retour !

 Bareyt serge retaillee 4 2 Un site Internet pour se faire entendre...Liberte d expression 6

  Par Serge BAREYT (Conseiller municipal CASTETS SOLIDARITE)

 Promise par le candidat, puis mise en place dans le premier numéro du journal de Castets, la "Tribune libre de l'opposition" a été aussitôt supprimée par le maire. Curieuse conception de la démocratie et de la liberté d'expression pour un maire qui se revendique du MOuvement DEMocrate ! 

Complètement noyées dans un journal de 28 pages, les dix petites lignes qui avaient été initialement consenties pour cette "tribune libre" (voir billet "La tribune censurée"), étaient-elles si dangereuses pour le maire pour qu'il décide de baillonner son opposition ?  Ce faisant, il a transformé le journal municipal en tribune exclusive de la majorité municipale...

"Castets Solidarité" a donc créé ce site Internet pour faire entendre sa voix .

Outre des informations sur la vie de notre association, les Castésiens trouveront dans ce site, les points de vue personnels de nos adhérents et de nos élus sur les évènements ou les projets locaux. Nous ouvrirons nos colonnes aux citoyens qui souhaiteront apporter leur contribution constructive à notre action, sur tous les sujets qui les intéressent...

Bref, une vraie information "non officielle". La démocratie et la liberté d'expression y gagneront sans aucun doute !


 

Qu'est-ce que le traité transatlantique (TAFTA) ?

Sécurité alimentaire, droit social, écologie...

TAFTA - le Grand Marché transatlantique

En 2013, l’UE et les États-Unis ont entamé des négociations en vue de conclure un accord de partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement. Ce serait l’un des accords de libre-échange et de libéralisation de l’investissement les plus importants jamais conclus, représentant la moitié du PIB mondial et le tiers des échanges commerciaux.

Or il se négocie dans l’opacité la plus totale, alors que cet accord pourrait avoir des conséquences considérables dans bien des domaines (agriculture, énergie, internet, services, …). Il vise en effet le démantèlement ou l’affaiblissement de toutes les normes qui limitent les profits des entreprises, qu’elles soient européennes ou états-uniennes et inscrit le droit des multinationales au dessus de celui des États.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------  

 

Le "Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement", plus connu sous le nom de TAFTA est un projet de traité entre les États-Unis et l’Europe. Son but : créer un grand marché transatlantique. Mais ses effets potentiels vont bien plus loin que la simple ouverture d’une nouvelle boutique mondiale...

Une courte vidéo réalisée par "Data Gueule", un ovni produit par "France 4".  "Data Gueule" surprend par sa liberté de ton, ce phénomène du web n’hésite pas à s’attaquer au traité transatlantique.

 TAFTA ta gueule à la récré - Durée : 3:39.de "Data Gueule"
 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un vaste accord de libre-échange est en cours de négociation entre l'Union européenne et les Etats-Unis. Négocié en toute opacité, celui-ci comporterait de nombreux dangers pour les normes sociales, environnementales et sanitaires. Il représente aussi une menace démocratique dans la mesure où il permettrait aux multinationales de poursuivre les Etats devant des tribunaux d'arbitrage privé.

Cette courte vidéo, réalisée par le mouvement altermondialiste "ATTAC", fait état des menaces que représente le projet de traité transatlantique (TAFTA).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Composés de personnes aux parcours politiques, associatifs et universitaires divers, les Non-alignés sont un réseau de journalistes indépendants qui travaillent à l’émergence d'une réinfosphère libre sur internet. Les non-alignés proposent ici, une courte vidéo de 10mn pour expliquer le traité transatlantique.

 Le traité transatlantique expliqué en 10 minutes - Durée : 10:35. de  "Les non-alignés"

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"SumOfUs.org" est un mouvement de consommateurs, d'investisseurs et de travailleurs du monde entier, debouts, ensemble, qui veulent rendre les entreprises responsables de leurs actions et ainsi forger un avenir, durable et juste pour l'économie mondiale. "Cela ne va pas être rapide ou facile", disent-ils, "mais si un nombre suffisant d'entre nous se lèvent ensemble, nous pourrons faire une réelle différence."

Dans cette courte vidéo, "SumOfUs.org" prévient : "Le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (ou TAFTA) est considéré comme un "accord commercial". Mais s’il est signé, le TAFTA donnerait en fait aux multinationales le pouvoir de renverser les règles démocratiquement établies, sur tout de la protection de l’environnement à la sécurité des aliments, à travers un système de coopération  réglementaire et de tribunaux secrets auxquels seules les entreprises ont accès.".

 Non au TAFTA ! - Durée : 2:39. de SumOfUs
 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et pour ceux qui veulent en savoir beaucoup, beaucoup plus long sur le TAFTA : Paul de Bary propose un documentaire qui, après une rétrospective historique du capitalisme européen, décrit les tenants et aboutissants de ce grand marché transatlantique.

En 2015, l'Union Européenne prévoit de conclure avec les Etats-Unis un accord multilatéral nommé le TAFTA. Ce traité s'avère très dangereux pour les citoyens de tous les pays européens comme pour les américains.

  LE TAFTA - BIENVENUE AU PARADIS- Durée : 1:56:10. de "Paul de Bary"